Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Documentation

Troubles et handicaps

SOS

Benzodiazépines - anxiolytiques, hypnotiques : effets secondaires pendant le sevrage

Par Neptune 
le 12/04/2014


Chapitre 5 - Les effets secondaires du sevrage lent aux benzodiazépines



Source : méthode Heather Ashton, 2002, actualisée et adaptée par Neptune


Voir aussi


Sommaire de ce chapitre



Ce chapitre rapporte les effets des benzodiazépines éliminées de l'organisme au cours du sevrage et après celui-ci. L'attention est portée sur les symptômes du sevrage et comment réagir s'ils apparaissent.

On ne répétera jamais assez que les symptômes du sevrage peuvent être diminués et largement évités en suivant un programme adapté aux besoins de chaque individu pour réduire lentement la dose telle qu'expliqué au Chapitre 4.

En général, les symptômes de sevrage décrits ci après peuvent commencer à apparaître dès que la concentration du produit dans le sang a diminué sous la "fenêtre d'effet", c'est-à-dire entre une demi-vie et une vie du produit. Le tableau du chapitre I indique la demi-vie de chaque produit, qui varie également en fonction de facteurs tels que l'âge, le métabolisme génétique, la présence d'autres médicaments. Les utilisateurs de benzodiazépines à longue demi-vie, et/ou ayant des métabolites actifs ayant également une durée d'élimination conséquentes, ne verront parfois apparaître les symptômes que plusieurs jours après une diminution trop importante de la dose, et ne feront pas forcément le lien. Le DSM parle de 2 jours après arrêt pour des produits à demi-vie courte, et d'une semaine pour des produits à demie-vie longue comme le diazepam (Valium@) ou le prazepam (Lysanxia@).

Des consommateurs de benzodiazépines à long terme commencent à ressentir des symptômes de sevrage même s'ils continuent à utiliser le médicament. C'est en partie dû au développement de la tolérance au médicament (Chapitre 1) qui parfois amène les médecins à augmenter la dose ou à ajouter une autre benzodiazépine.

Une analyse faite sur 50 patients qui participèrent au programme de sevrage des benzodiazépines du Pr Ashton indique que tous présentaient des symptômes de manque à leur première visite alors qu'ils utilisaient encore des benzodiazépines, on avait même prescrit deux benzodiazépines à douze d'entre eux. Leurs symptômes comprenaient presque tous les symptômes psychologiques et physiques habituellement décrits comme symptômes de sevrage des benzodiazépines. Le processus de réduction progressive de la dose de benzodiazépines ne causa chez ces patients qu'une légère augmentation de symptômes qui s'estompèrent après le sevrage.

Les personnes qui développent des symptômes sévères au cours d'un sevrage d'une benzodiazépine les ont souvent arrêtées brusquement. Un manque de compréhension de ces symptômes ajoute souvent à leur détresse et déclenche des peurs irrationnelles qui amplifient leurs symptômes telles que: "Suis-je en train de devenir fou ?" Quelques personnes à cause de ces terribles expériences ont souffert d'un état semblable à l'Etat de stress post-traumatique (ESPT). Une bonne compréhension des symptômes qui existent et la nature des symptômes qui apparaissent suffit pour éviter l'incompréhension et la crainte associée au sevrage d'une benzodiazépine et peut empêcher l'apparition de séquelles à long terme.

Les symptômes du sevrage sont en fait une réaction normale à toute discontinuation de beaucoup de médicaments chroniques utilisés incluant l'alcool, les opiacés, les antipsychotiques, les antidépresseurs et même des médicaments prescrits pour l'angine de poitrine et l'hypertension.

Revenir au sommaire

Les mécanismes de réactions au sevrage


En général, les réactions dues aux médicaments utilisés lors d'une période de sevrage, ont tendance à être représentées comme le miroir des effets produits par ces médicaments.

Dans le cas des benzodiazépines :

  • un usage chronique de celles-ci ayant produit un sommeil sans rêve, suivi d'un arrêt brusque, peut être remplacé par de l'insomnie et des cauchemars.
  • une relaxation musculaire peut être remplacée par une forte tension et des spasmes musculaires;
  • une sérénité de l'esprit par de l'anxiété et des crises d'anxiété
  • aucun problème de convulsions peut être remplacé par des crises d'épilepsie.


C'est l'exposition à des adaptations brusques exigées du système nerveux qui est à l'origine de ces réactions contraires.

Un arrêt trop rapide du médicament ouvre les portes à toutes les fluctuations et le résultat est un surcroît d'activité à tous les niveaux qui, jusqu'à présent, avaient été diminuées par la présence de la benzodiazépine et qui, désormais, n'ont rien qui les désactive. Presque tous les mécanismes excitables du système nerveux sont en état d'effervescence et doivent se réadapter à vivre sans médicament ce qui les rend très vulnérable au stress.

Revenir au sommaire

Les symptômes aigus du sevrage


L'effet recherché le plus éminent des benzodiazépines est le contrôle de l'anxiété. C'est pour cette raison qu'elles furent développées en tant que tranquilisants.
En conséquence, près de la totalité des symptômes aigus de sevrage sont ceux reliés à l'anxiété. On avait décrit ces symptômes chez les personnes anxieuses et qui n'avaient jamais touché à une benzodiazépine. Ils avaient déjà été reconnus comme étant des symptômes psychologiques et physiques de l'anxiété bien avant la découverte des benzodiazépines. Cependant certains groupes de symptômes sont particulièrement identifiés au sevrage d'une benzodiazépine.
Ceux-ci comprennent :

  • l'hypersensibilité aux stimulus sensoriels (le son, la lumière, le toucher, le goût et l'odorat)
  • les distorsions perceptives (comme par exemple l'impression de l'ondulation du plancher, la sensation de mouvement, l'inclinaison des murs ou des planchers, l'impression de marcher sur des nuages.


Il y a une plus forte incidence de ces problèmes par rapport à ce qui est normalement perçu lors des états d'anxiété de dépersonnalisation, de déréalisation, de picotements et d'engourdissements. Des hallucinations visuelles, des distorsions de l'image corporelle (ma tête ressemble à un ballon de football), des impressions d'insectes se déplaçant sur la peau, des muscles qui sautent et une perte de poids sont communs dans le sevrage d'une benzodiazépine mais sont inhabituels dans les états d'anxiété.

Le Tableau 1 ci dessous liste les symptômes qui furent décrits spontanément par des patients qui participèrent au programme de sevrage du Pr Ashton. C'est une liste inévitablement longue et sûrement incomplète. Bien entendu, tous les patients n'éprouvent pas tous les symptômes, tout comme pas un de ces symptômes n'est systématique. Le sevrage semble faire ressortir les points les plus vulnérables de l'individu.

Si celui-ci est sujet aux maux de tête, ceux-ci apparaissent plus intenses lors du sevrage. Si l'individu est sujet à des troubles intestinaux, ces derniers peuvent s'aggraver. De tels symptômes sont, en général, temporaires et peuvent être minimisés. Ils sont moins effrayants et semblent moins importants ou bizarres si on en comprend leurs causes. De plus, les patients peuvent apprendre des techniques afin d'alléger ou de contrôler la plupart de ces symptômes. Il y a beaucoup de moyens disponibles pour les aider.

TABLEAU 1. LES SYMPTÔMES DU SEVRAGE D'UNE BENZODIAZÉPINE

LES SYMPTÔMES "PSYCHOLOGIQUES"
LES SYMPTÔMES "PHYSIQUES"

    Maux de tête (Céphalée)
    Douleur/raideur - (membres, dos, cou, dents et mâchoires)
    Picotement, engourdissement, sensation altérée - (membres, visage, thorax)
    Faiblesse ("jambes en coton")
    Fatigue, symptômes de la grippe
    Contractions musculaires, convulsions, tics, "chocs électriques"
    Tremblements
    Vertige, étourdissement, manque d'équilibre
    Troubles de la vision/vision double, douleur ou sécheresse oculaire
    Acouphène
    Hypersensitivité - (lumière, son, toucher, goût, odorat)
    Symptômes gastro-intestinaux - (nausée, vomissement, diarrhée, constipation, douleur, distention, difficulté à avaler)
    Appétit/variation du poids
    Sécheresse buccale, goût métallique, odeur inhabituelle
    Bouffées de chaleur/Sueurs/Palpitations
    Essoufflement
    Difficulté urinaire/menstruelle
    Éruption cutanée, démangeaisons


Tous ces symptômes ont été décrits par des patients qui ont subi un sevrage d'une benzodiazépine ; ils ne sont pas classés en ordre spécifique et peu d'entre eux, si ce n'est aucun, sont spécifiques au sevrage d'une benzodiazépine. Cette liste n'est pas exhaustive. Différentes personnes vivront une combinaison tout autre de symptômes. Vous ne les aurez pas tous et pas tous en même temps !

Revenir au sommaire

LES SYMPTÔMES, LEURS CAUSES ET COMMENT Y RÉAGIR



1. L'insomnie, les cauchemars et le sommeil agité


Le sommeil engendré par les benzodiazépines, bien qu'il semble d'abord bienfaisant, n'est pas un sommeil normal. Les benzodiazépines inhibent à la fois le rêve (le mouvement rapide de l'œil, REMS pour Rapid Eye Movement Sequence) et le sommeil profond (phase lente du sommeil, SWS). Le temps de sommeil supplémentaire que les benzodiazépines offrent se déroule principalement en sommeil léger, ce qui représente la seconde phase du sommeil.
REM et SWS sont les deux plus importantes phases du sommeil essentielles à notre santé. Des études sur le manque de sommeil indiquent que toute déficience est rapidement remplacée par une récupération à des niveaux supérieurs à la normale dès que les circonstances le permettent.
Dans le cas des personnes qui utilisent une benzodiazépine régulièrement, le REMS et le SWS ont tendance à revenir au niveau précédent l'utilisation de la benzodiazépine, à cause de la tolérance, mais la perte initiale reste la même. Durant le sevrage, même après des années d'utilisation d'une benzodiazépine, il y a une augmentation notable de REMS qui devient aussi plus profond. En conséquence, les rêves deviennent plus agités, les cauchemars peuvent apparaître et causer de fréquents réveils durant la nuit.
C'est une réaction normale au manque de benzodiazépine et, bien que déplaisante, c'est un signe précurseur du début de la guérison. Quand la perte de REMS est compensée, en principe entre 4 et 6 semaines, les cauchemars deviennent moins fréquents et disparaissent progressivement.
Le retour du SWS semble être plus long après un sevrage, probablement dû au fait que les niveaux d'anxiété sont élevés, le cerveau est trop actif et par conséquent il est difficile de relaxer complètement. Les sujets peuvent éprouver de la difficulté à s'endormir et expérimentent le "syndrome des jambes sans repos", des spasmes musculaires soudains (myoclonus) alors qu'ils s'allongent ou encore ils peuvent être en présence d'une hallucination subite d'un son aigu (hallucination hypnagogique) ce qui les réveille à nouveau. Ces dérangements peuvent durer parfois pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Cependant, tous ces symptômes s'apaisent avec le temps. Le besoin de dormir est si puissant qu'éventuellement un sommeil normal s'installera. Entre temps, une attention toute particulière à l'hygiène de vie sera à respecter comme éliminer la consommation du thé, du café ou d'autres stimulants et d'alcool près de l'heure du coucher. Par contre l'écoute de cassettes relaxantes, de techniques de contrôle sur l'anxiété et des exercices physiques pourront aider à dormir. Absorber toute la dose ou la majeure partie la dose d'une benzodiazépine le soir pendant la période de diminution peut aussi être efficace. On peut prescrire à l'occasion un autre médicament (voir ci-dessous la section concernant les médicaments adjuvants).

Revenir au sommaire

2. Les souvenirs inopportuns


Chez les patients en sevrage d'une benzodiazépine, le symptôme fascinant dont ils parlent souvent sont les souvenirs inopportuns. Leurs pensées évoqueront subitement un souvenir précis de quelqu'un dont ils sont sans nouvelles depuis des années. Parfois le visage d'une autre personne apparaîtra alors qu'il se regarde dans un miroir. Le souvenir semble être injustifié et peut revenir en faisant intrusion dans d'autres pensées. Ce qui est intéressant au sujet de ces souvenirs, c'est que souvent ils surviennent en même temps qu'apparaissent les rêves agités; ils peuvent être décalés d'une à deux semaines dès que la réduction progressive de la dose commence. Étant donné qu'une étude récente sur le sommeil indique que certains paliers du sommeil (REMS et SWS) sont importants relativement aux fonctions de la mémoire, cela établirait que les rêves et les souvenirs sont liés. Dans les deux cas, le phénomène peut engendrer le début du retour des fonctions normales de la mémoire et, bien que parfois déplaisant, peut être vu comme un signe annonciateur de la guérison.

Une mémoire défaillante et une concentration faible font aussi partie du sevrage d'une benzodiazépine et sont probablement dues aux effets continus du médicament. Les mentors devraient être prêts à formuler sans cesse des encouragements, semaine après semaine étant donné que leurs conseils sont rapidement oubliés.

Revenir au sommaire

3. Les crises d'anxiété


Les crises d'anxiété (description : "attaques de panique") peuvent apparaître pour la première fois durant la période de sevrage même si certaines personnes ont une très grande expérience avec ces crises. L'actrice Glenda Jackson, qui n'utilisait pas des benzodiazépines, les décrivait ainsi: "Mon Dieu, ces crises d'anxiété".
Vous croyez que vous allez mourir; votre cœur bat si fort que vous pensez qu'il va exploser. Vous étouffez et il semble que vous ne pouvez plus respirer et tout ceci est accompagné par des tremblements et des secousses affreuses ainsi que par une sensation de froid intense" (Sunday Times Magazine p. 15, October 17, 1999).

Ces crises sont les caractéristiques d'états d'anxiété et sont le résultat de troubles de l'hyperactivité centrale et périphérique du système nerveux. Surtout les centres qui sont normalement concernés par les réactions relatives à la peur et à la fuite face à des situations d'urgence. Les centres du cerveau qui contrôlent ces réactions de peur ont été minimisés par les benzodiazépines et peuvent être suractivés au moment du sevrage des benzodiazépines..
Aussi épouvantables qu'elles soient, les crises d'anxiété ne sont jamais fatales et ne durent habituellement pas plus de 30 minutes. Ce qui est mieux, c'est qu'il est possible d'apprendre à faire des exercices afin de les contrôler. Des approches variées telles que des techniques de relaxation, des exercices respiratoires parce que plusieurs patients hyperventilent, un entraînement afin de développer des habilités pour contrôler l'anxiété, une thérapie cognitive, des exercices physiques, des massages et du yoga aident les patients. Apprendre à contrôler une crise d'anxiété est un savoir-faire qui s'améliorera avec l'entraînement, et sur lequel on doit travailler soi-même. Cependant, les crises d'anxiété (tout comme d'autres symptômes de sevrage) posent un défi lorsqu'elles apparaissent à des moments inappropriés et hors de chez soi. Dans de telles circonstances il est important que vous teniez bon, que vous résistiez à l'impulsion de vous enfuir.

Le Dr Peter Tyrer suggère la stratégie suivante si un grave symptôme de sevrage telle qu'une crise d'anxiété apparaît alors que vous poussez un chariot dans un supermarché :
"Prenez des grandes respirations lentes et profondes afin de bien faire pénétrer l'air profondément dans vos poumons au lieu de ne le faire que dans le haut de votre cage thoracique."
"De cette façon, vous remarquerez que vos bras et vos jambes se relaxent tellement que le blanc de vos jointures de doigts n'apparaît plus alors que vous vous agrippez à la barre du chariot."
"Ne bougez plus jusqu'à ce que vous sentiez la tension quitter vos mains. À chaque inspiration profonde, vous devriez sentir une réduction de la tension et en le faisant, vos symptômes s'amoindriront ou disparaîtront." (Peter Tyrer, How to Stop Taking Tranquillisers, Sheldon Press, London 1986, p.63.)

Le fait de découvrir qu'une crise d'anxiété peut être contrôlée, sans l'aide d'un comprimé, accroît la confiance en soi, tout comme le développement de nouvelles stratégies pour vivre avec le stress qui est la clé du succès du sevrage d'une benzodiazépine. Habituellement, les crises d'anxiété disparaissent au bout de six semaines de sevrage.

Revenir au sommaire

Stratégies contre les crises d'anxiété


Il y a plusieurs techniques de médecine douce pour aider les gens qui souffrent d'anxiété. Quelques-unes de ces techniques sont listées ci-dessous. Nous ne pouvons ici décrire toutes les techniques en détail et que nous n'en mentionnons que quelques-unes. Aucune connaissance obligatoire de ces techniques n'est nécessaire pour arrêter de consommer ces tranquillisants mais elles peuvent aider certaines personnes lors de périodes plus difficiles.

3.1 Thérapies psychologiques


    Thérapie comportementale
    •  Vise l'apprentissage de nouveaux comportements face à une mauvaise réaction vis-à-vis une situation donnée.
    •  Une relaxation progressive des muscles (qui réduit la tension des muscles et l'anxiété).
    •  Respiration par le diaphragme (plusieurs personnes anxieuses souffrent d'hyperventilation).
    •  Imagerie dirigée (centrée sur des situations plaisantes et relaxantes; cassettes relaxantes de musique et de paroles calmantes peuvent aussi être utilisées à la maison).
    •  Une exposition graduelle à une situation créant de la peur et de l'anxiété pour permettre de diminuer cette peur incontrôlée.

    Thérapie comportementale et cognitive (TCC)
    idem, de plus :
    •  Permet aux patients de comprendre leur manière de penser pour réagir différemment face à des situations traumatisantes pour eux.
    •  Permet de mieux contrôler différentes situations en contrôlant l'anxiété, de les éviter et de mieux les contrôler lorsqu'on ne peut les éviter.
    •  Permet de refaire l'apprentissage pour la correction du comportement cognitif.


3.2 Techniques complémentaires - médecine douce


    •  Acupuncture
    •  Aromathérapie
    •  Massage, réflexologie
    •  Homéopathie


3.3 Exercice et divers


    •  Sports - aérobie, course, natation, marche ou toutes autres activités récréatives
    •  Yoga - toutes les écoles de yoga et toutes les différentes techniques
    •  Méditation - toutes les écoles de méditation


Le choix et les résultats obtenus par ces différentes options dépendent des individus qui les pratiquent.

Les différentes méthodes psychologiques ont été officiellement testées et donnent les meilleurs résultats à long terme. Cependant, les résultats dépendent beaucoup de l'habilité des thérapeutes, de leurs connaissances des benzodiazépines, en plus de la relation interpersonnelle qu'ils développent avec leurs clients.

Toutes les techniques complémentaires de médecine douce peuvent aider lors du traitement mais les effets demeurent de courte durée. Par exemple, tous les patients de ma clinique ayant suivi une série de 12 traitements d'acupuncture utilisant la méthode chinoise ou occidentale ont apprécié grandement la relaxation lors de ces sessions mais ils n'ont pas mieux réussi à long terme que ceux qui n'avaient pas reçu de traitements d'acupuncture.

Certaines personnes répondent mieux au yoga ou à la méditation. Un individu en particulier qui était confiné à un fauteuil roulant, souffrant d'une paralysie spasmodique et qui était aveugle, a réussi à cesser l'utilisation de toutes ces benzodiazépines à l'aide d'une technique de méditation. Le contrôle de ses spasmes s'est amélioré considérablement. Cependant, ce n'est pas tout le monde qui peut fournir un tel effort mental et physique de concentration nécessaire pour que cette technique réussisse. Par contre, l'exercice physique adapté à chaque individu est bon pour tous.

En général, chacun adapte à ses besoins les différentes méthodes proposées. Si vous pratiquez une méthode que vous connaissez et appréciez, elle sera la meilleure pour vous.

Revenir au sommaire

4. L'hypersensibilité sensorielle


Une particularité du sevrage d'une benzodiazépine est la très forte sensibilité à toutes sensations - l'ouïe, la vue, le toucher, le goût et l'odorat. Quand elles sont extrêmes, celles-ci peuvent être inquiétantes. Une femme a dû arrêter toutes les pendules dans sa maison parce qu'elle ne pouvait plus supporter le bruit du tic-tac. Plusieurs ont dû même porter des verres fumés parce que la lumière ordinaire leur paraissait éblouissante. Certains trouvent que leur peau et leur cuir chevelu deviennent tellement sensibles que cela leur semble être des mouvements d'insectes. Les battements de cœur deviennent auditifs et il peut y avoir un sifflement ou un son de cloche au niveau des oreilles (acouphène - voir ci-dessous). Beaucoup de personnes se plaignent d'un goût métallique et plusieurs remarquent que des odeurs bizarres et désagréables semblent émaner de leur corps.
Ces sensations, y compris l'odeur désagréable (qu'habituellement personne ne détecte) ont été décrites dans des états d'anxiété et en l'absence de benzodiazépines. Comme pour les insomnies et les crises d'anxiété, elles sont probablement la réflexion d'une forte activité du système nerveux central. Une telle hypersensibilité provoque une peur normale et d'une réponse rapide en cas d'urgence laquelle est diminuée par les benzodiazépines mais connaît un surcroît d'activité lors du sevrage.

Ces sensations reviennent à la normale alors que le sevrage progresse et quelques personnes en sont heureuses et trouve fascinant la clarté de leurs perceptions. Ce n'est qu'en période de sevrage qu'elles réalisent combien leurs sens avaient été atténués par les benzodiazépines. Une femme a décrit combien elle fût émue quand elle put distinguer les brins d'herbe individuels de sa nouvelle pelouse. Ce fut comme si un voile avait été enlevé devant ses yeux. Ces sensations ne doivent pas faire peur; elles doivent être vues comme les indices d'une guérison.

Revenir au sommaire

5. La dépersonnalisation, la déréalisation


On associe les états de dépersonnalisation et de déréalisation au sevrage d'une benzodiazépine, bien qu'ils apparaissent aussi pendant les crises d'anxiété.

Ils apparaissent le plus souvent lors d'un sevrage ultra-rapide de benzodiazépines fortes et sont, en évidence, particulièrement remarquables dans le sevrage du clonazépam (Klonopin, Rivotril). Au cours de ces états, la personne semble se détacher de son corps et paraît presque l'observer de l'extérieur. Des situations similaires sont décrites lors d'expérience de mort éminente (EMI) alors que l'individu sent qu'il s'élève au-dessus de son corps, détaché des événements qui se déroulent en dessous. Les personnes les décrivent aussi dans des cas d'extrêmes urgences ainsi que chez des individus soumis à la torture. Ils ne sont manifestement pas spécifiques aux benzodiazépines.

De telles expériences indiquent probablement une réaction normale de défense qui protège contre une souffrance intolérable. Elles peuvent impliquer un mécanisme primitif du cerveau similaire à celui des animaux qui restent figés sur place en présence d'un danger inattendu. Comme les autres symptômes de sevrage d'une benzodiazépine, ces états disparaissent avec le temps et ne devraient pas être interprétés comme anormaux ou déplacés.

Revenir au sommaire

6. Les hallucinations, les illusions et les distorsions perceptives


Le symptôme de sevrage d'une benzodiazépine qui cause le plus de peur est celui de l'hallucination.
Des hallucinations terrifiantes ont eu lieu chez des personnes qui se sevraient d'une forte dose rapidement ou brusquement. Le lecteur peut être réassuré que ces cas cités sont extrêmement rares lors de la diminution progressive des dosages comme souligné au Chapitre 2.
Si des hallucinations apparaissent, elles sont généralement visuelles. Les patients ont décrit ces hallucinations comme étant celles d'une grosse chauve-souris posée sur leur épaule ou encore celle de l'apparition de cornes sortant de la tête d'un individu mais des hallucinations auditives, olfactives et tactiles peuvent aussi apparaître. Un peu moins apeurant, sont les hallucinations de petites créatures, habituellement des insectes, qui peuvent se déplacer sur la peau (des hallucinations similaires apparaissent durant le sevrage de la cocaïne et d'une amphétamine). Parfois, les hallucinations sont mêlées à des illusions et à de fausses perceptions. Par exemple, un manteau accroché à la porte peut donner l'illusion d'une personne. Les planchers qui semblent s'incliner et les murs qui semblent être en pente vers l'intérieur sont des perceptions visuelles.
Les mécanismes de ces symptômes bizarres sont probablement similaires à ceux qui causent le delirium tremens (les hallucinations, tel que des éléphants ou des rats roses, dans le delirium du sevrage alcoolique).

Comme nous l'avons mentionné au Chapitre I, les benzodiazépines provoquent des perturbations profondes dans tout le cerveau et un sevrage brusque (rapide) peut être accompagné d'un déclenchement de dopamine, de sérotonine et d'autres neurotransmetteurs lesquels causent des hallucinations dans les cas de maladies psychotiques tout comme dans les cas du sevrage alcoolique, de l'abus de la cocaïne, de l'amphétamine et du LSD.
Quand les hallucinations très réelles au début sont reconnues comme n'étant que de simples hallucinations, elles font moins peur. Elles ne sont pas un signe de folie mais sont simplement des exemples que les benzodiazépines agissent au niveau du cerveau lequel devra se rééquilibrer avec le temps. Un bon conseiller est capable de rassurer et de calmer la personne qui souffre d'hallucinations amenées par le sevrage des benzodiazépines.

Dans tous les cas, les risques d'hallucinations sont infimes lors d'un sevrage lent d'une benzodiazépine.

Revenir au sommaire

7. La dépression, l'agressivité et les obsessions


Les symptômes de dépression sont communs durant l'usage à long terme d'une benzodiazépine et durant le sevrage. Il n'est guère surprenant que des patients se sentent déprimés, considérant l'amalgame de symptômes psychologiques et physiques qui peut les assaillir.
Parfois, la dépression devient tellement sévère qu'on peut la qualifier en terme psychiatrique de dépression majeure (DSM-IV : Episode dépressif majeur). Cet état peut engendrer un risque de tentative de suicide et peut demander un traitement à base de médicaments antidépresseurs et/ou une psychothérapie.
Une sévère dépression peut être le résultat de changements biochimiques au niveau du cerveau provoqués par les benzodiazépines.

Les benzodiazépines sont reconnues pour réduire l'activité de la sérotonine et de la norépinéphrine, ces neurotransmetteurs que l'on sait être impliqués dans la dépression. Les médicaments antidépresseurs qui ravivent les inhibiteurs (SSRIs - ISSR en français, Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de Sérotonine - tel le Prozac) sont reconnus pour avoir une action qui augmente l'activité de ces dits neurotransmetteurs.
Lors du sevrage, la dépression peut se prolonger (voir la section sur les symptômes prolongés) et si la personne ne s'apaise pas en quelques semaines et si elle reste insensible à la réassurance et aux encouragements, il est impératif d'aller chercher de l'aide médicale et de prendre éventuellement un antidépresseur (voir la section sur les médicaments complémentaires). La dépression au cours d'un sevrage, réagit aux médicaments antidépresseurs de la même manière que lors de dépression ordinaire sans benzodiazépines. Dans la majorité des cas, un médicament antidépresseur est déjà absorbé avec la benzodiazépine, il est important de continuer de le prendre jusqu'au sevrage complet de la benzodiazépine. On pourra considérer plus tard le sevrage de l'antidépresseur.

Des problèmes d'agressivité sont aussi associés à l'activité lente de la sérotonine (parmi d'autres facteurs), à l'apparition de la colère puis de l'irritabilité durant le sevrage d'une benzodiazépine ce qui peut engendrer des mécanismes similaires à ceux de la dépression. Cependant, ces symptômes disparaissent habituellement de façon spontanée et ne durent pas longtemps.

Des maladies obsessionnelles (la maladie obsessionnelle compulsive, MOC ou DSM-IV - Trouble obsessionnel-compulsif) peuvent, elles aussi, réagir aux SSRIs, suggérant un mécanisme similaire. Les traits obsessionnels peuvent avoir augmenté temporairement durant le sevrage et semblent être le reflet d'un mélange d'anxiété et de dépression. Ceux-ci ont tendance à régresser spontanément alors que les niveaux d'anxiété diminuent.

Revenir au sommaire

8. Les symptômes musculaires


Les benzodiazépines sont des relaxants musculaires efficaces et on les utilise pour des états spasmodiques ou de désordres au niveau de la moelle épinière jusqu'à l'atroce spasme musculaire du tétanos ou de la rage.

Il n'est par conséquent pas surprenant que la discontinuation au bout d'un très long usage soit associée à une augmentation importante de la tension musculaire. Cette tension trop forte fait partie des nombreux symptômes observés au cours d'un sevrage d'une benzodiazépine.
Avoir une raideur musculaire qui touche les membres, le dos, le cou et les mâchoires est remarquée couramment et la tension musculaire constante justifie les douleurs musculaires qui se répartissent de la même manière. Habituellement, les maux de tête qui du type "mal de tête dû au stress", sont dus à la constriction des muscles situés au bas du cou, du crâne et du front souvent décrite comme si on portait un bandeau serré autour de la tête.
La douleur au niveau des mâchoires et des dents est probablement due aux grincements de dents involontaires qui se produisent souvent inconsciemment durant le sommeil.
Au même moment, les nerfs des muscles sont hyperexcités ce qui amène des tremblements, des tics, des sursauts, des spasmes, des contractions et des sauts au moindre stimulus.
Toute cette activité constante apporte un sentiment de fatigue et de faiblesse ("les jambes en coton"). De plus, les muscles, en particulier les petits muscles de l'œil, ne sont pas bien coordonnés ce qui peut entraîner une vision floue ou double et peut-être même des sauts au niveau de la paupière (blépharosplasme).
Aucun de ces symptômes n'est alarmant et ne doit causer de craintes une fois bien compris. La douleur et la raideur musculaires sont légèrement peu différentes de ce que l'on considère comme étant normal après un exercice physique dont on est peu accoutumé et qui serait accepté positivement même chez des athlètes entraînés qui auraient couru un marathon.

Il y a plusieurs précautions à prendre pour apaiser ces symptômes, comme par exemple des exercices de réchauffement musculaire tels qu'enseignés dans la majorité des gymnases, des exercices modérés, des bains chauds, des massages et des exercices de relaxation générale. De telles précautions peuvent, au début, provoquer un bienfait temporaire. Si pratiquées régulièrement, elles peuvent accélérer la vitesse de guérison du tonus musculaire lequel se fera éventuellement de façon spontanée.

Revenir au sommaire

9. Les sensations corporelles


Toutes sortes de sensations étranges, de membres engourdis, picotements, sensations de chocs électriques, sensations de chaud ou froid, douleurs profondes de brûlements, on se gratte constamment, sont communes pendant le sevrage d'une benzodiazépine.

Il est difficile de donner une explication exacte à ces sensations mais, tout comme les nerfs moteurs, lors du sevrage, les nerfs sensoriels deviennent, avec leurs connexions au niveau de la colonne vertébrale et du cerveau, hyperexcités. Il est possible que les récepteurs sensoriels de la peau et des muscles ainsi que les tissus qui enveloppent les os provoquent des pulsions de manière chaotique en réponse à un stimulus qui, normalement, ne les affecte pas.

Dans la clinique du Pr Ashton,, les études faites au sujet de la condition nerveuse des patients qui présentaient de tels symptômes n'ont révélé rien d'anormal. Par exemple, ils n'y avaient aucune évidence de névrites périphériques. Cependant, les symptômes furent parfois assez présents pour embrouiller les neurologues. Trois patients qui présentaient un mélange d'engourdissements, de spasmes musculaires et de vision double furent diagnostiqués comme ayant la sclérose en plaques. Ce diagnostic ainsi que tous les symptômes disparurent peu de temps après avoir cessé l'utilisation de leurs benzodiazépines.

Pourtant, ces symptômes, bien que déroutants, ne présentent habituellement aucune inquiétude. Ils peuvent persister à l'occasion (voir la section sur les symptômes persistants). En attendant, les mêmes précautions suggérées dans le paragraphe des symptômes musculaires (ci-dessus) peuvent les diminuer de beaucoup et, en général, les symptômes disparaîtront après le sevrage.

Revenir au sommaire

10. Le cœur et les poumons


Les palpitations, les battements forts, le pouls rapide, les bouffées de chaleur, les sueurs et le manque de souffle représentent les signes accompagnateurs des crises d'anxiété bien qu'elles puissent survenir sans celles-ci. Ils ne signifient pas une maladie cardiaque ou pulmonaire mais simplement l'expression d'une réaction excessive du système nerveux autonome. Des respirations lentes et profondes en plus d'une relaxation, telles que décrites dans le paragraphe des crises d'anxiété, peuvent contrôler beaucoup de ces symptômes. Ne vous en inquiétez pas. Ils seraient acceptés comme étant normaux si vous aviez couru pour attraper un autobus et ils ne vous feraient pas plus de mal que si vous le faisiez en réalité !

Revenir au sommaire

11. Les problèmes d'équilibre


Durant un sevrage, des personnes notent qu'elles ressentent un sentiment d'instabilité sous leurs pieds. Parfois, il leur semble qu'elles soient poussées d'un côté ou qu'elles se sentent étourdies, comme si ce qu'il y avait autour d'elles se mettait à tourner sans cesse. L'organe important qui contrôle la stabilité motrice et qui maintient l'équilibre est situé dans une partie du cerveau appelée le cerebella (cervelet). Cet organe est rempli de GABA et de récepteurs de benzodiazépine (voir le Chapitre 1) et est donc le site principal des réactions aux benzodiazépines.
Des doses excessives de benzodiazépines,  comme l'alcool, provoquent une instabilité dans une démarche gauchère, une mauvaise articulation et une mauvaise coordination générale, y incluant une impossibilité de marcher en ligne droite. Cela peut prendre du temps aux systèmes cérébraux de se stabiliser à nouveau après le sevrage d'une benzodiazépine et les symptômes peuvent durer jusqu'à la fin du processus. Des exercices comme se mettre sur une jambe, d'abord avec les yeux ouverts puis avec les yeux fermés peuvent accélérer la guérison.

Revenir au sommaire

12. Les problèmes digestifs


Il y a des personnes qui ne ressentent aucun problème digestif pendant ou après le sevrage ; il arrive aussi qu'elles puissent mieux goûter leur nourriture. D'autres, peut-être plus sujettes par nature, se plaignent d'une série de symptômes associés au "syndrome des troubles digestifs". Ceux-ci peuvent comprendre :
  • la nausée,
  • les vomissements,
  • la diarrhée,
  • la constipation,
  • les douleurs abdominales,
  • la flatulence,
  • les distensions gazeuses,
  • les brûlures d'estomac.

Plusieurs patients ont trouvé ces symptômes tellement inconfortables qu'ils en ont éprouvé le besoin d'avoir recours à des examens gastro-intestinaux au cours desquels aucune anomalie n'a été décelée. Les symptômes peuvent être dus en partie à une réaction excessive du système nerveux autonome lequel contrôle la mobilité et les sécrétions intestinales qui sont très sensibles au stress y compris le stress encouru lors du sevrage d'une benzodiazépine. De plus, il y a des récepteurs de benzodiazépines dans les intestins. On ne connaît pas encore tout à fait la nature et la fonction de ces récepteurs, la façon dont ils sont affectés par les benzodiazépines ou par le sevrage de ces dernières, mais d'éventuelles altérations à leur niveau peuvent jouer un rôle dans le développement de l'irritabilité intestinale.

Pendant le sevrage, une perte de poids considérable peut se produire (8 à 10 livres, 4 à 5 kg ou plus). Ceci est peut-être dû à l'effet opposé de l'appétit étant donné que les benzodiazépines ont montré une augmentation de l'appétit chez les animaux. Par contre, il y a des personnes qui prennent du poids durant le sevrage. Dans tous les cas, les changements au niveau du poids ne sont pas assez sévères pour être inquiétants et un poids normal revient assez tôt une fois le sevrage complété. Un petit nombre de personnes a du mal à avaler la nourriture, la gorge semble se resserrer surtout lors d'un repas entre convives. C'est habituellement un signe d'anxiété ce qui est bien connu dans les états d'anxiété. La pratique de la relaxation, de manger seul, d'avaler de petites bouchées, bien mâchées accompagnées d'une gorgée de liquide ainsi que de ne pas se presser semblent faciliter les choses et apaisent les symptômes tandis que les niveaux d'anxiété diminuent.

La plupart des symptômes digestifs s'améliorent après le sevrage mais chez quelques individus ils persistent et se transforment en un symptôme prolongé, soulevant des inquiétudes laissant penser à une allergie à un aliment ou une infection de type candida. Ces questions seront discutées plus loin dans la section relatant des symptômes prolongés.

Revenir au sommaire

13. Le système immunitaire


"Pourquoi j'attrape autant d'infections ?" Cette question est souvent posée par des patients qui subissent un sevrage de benzodiazépines. Ils semblent sujets aux rhumes, aux sinusites, aux otites, aux cystites, aux infections orales et vaginales (candida) ainsi qu'à d'autres infections de la peau et des ongles, aux lèvres gercées, aux aphtes et à la grippe.

Toutes aussi communes sont les plaintes aux diverses réactions des antibiotiques utilisées lors du traitement des infections bactériennes.

Le lien entre augmentation des infections et sevrage d'une benzodiazépine n'est pas évident, parce qu'aucune comparaison n'a été établie avec d'autres patients similaires mais qui n'ont pas été exposés aux benzodiazépines.

Cependant, beaucoup de facteurs affectent le système immunitaire. L'un d'entre eux est le stress accompagné d'une augmentation de la production de l'hormone de stress, le cortisol, lequel inhibe les réactions immunitaires.
Un autre facteur est la dépression, liée aussi au stress et associée à une augmentation de la sécrétion de cortisol. Des niveaux élevés de cortisol peuvent diminuer la résistance aux infections et causer des infections soudaines.

Le sevrage d'une benzodiazépine peut être très stressant mais, curieusement, chez les patients que le Dr Ashton a vérifiés, les concentrations de cortisol dans le sang étaient faibles. Donc, ce sujet reste un mystère et requiert certainement d'autres recherches plus avancées. Le message adressé aux personnes qui subissent le sevrage d'une benzodiazépine est d'essayer d'avoir une hygiène de vie saine incluant une alimentation équilibrée, beaucoup d'exercices et de repos et le soin d'éviter autant que possible tout stress supplémentaire. Une diminution progressive des doses est la meilleure façon de réduire le stress lié au sevrage.

Revenir au sommaire

14. Le système endocrinien


Les benzodiazépines affectent sûrement aussi le système endocrinien mais aucune étude n'a été faite sur les humains que ce soient durant l'utilisation des benzodiazépines ou durant la période de sevrage.

Plusieurs femmes se plaignent de douleurs menstruelles mais comme l'on retrouve ces plaintes parmi toute la population féminine en général, il n'y a aucun rapport évident attribuable directement aux benzodiazépines. Plusieurs femmes ayant utilisé des benzodiazépines sur une longue période ont subi une hystérectomie, mais même là, il n'y a aucun rapport à long terme directement relié à leurs utilisations.

À l'occasion, cependant, des hommes et des femmes prenant des benzodiazépines se sont plaints du gonflement de leurs seins ou d'enflure, donc nous croyons possible que les benzodiazépines provoquent une augmentation de l'hormone prolactine. Les problèmes endocriniens provoqués par la prise de benzodiazépines cessent à l'arrêt de ces tranquillisants.

Revenir au sommaire

15. Les crises et les convulsions


Les benzodiazépines sont des anticonvulsifs puissants. Ils peuvent sauver la vie en cas d'états épileptiques (crises répétées l'une après l'autre) et en cas de crises causées par le surdosage de certains médicaments (par exemple, les antidépresseur tricycliques). Cependant, un sevrage brusque (rapide), surtout de benzodiazépines puissantes, peut précipiter des crises d'épilepsie comme un retour de la réaction. Une telle situation est extrêmement rare lors d'une élimination lente des benzodiazépines (ex le diazépam) ou lors d'une diminution lente et progressive du dosage. Si, dans ces circonstances, une crise se déclenche, il s'agit seulement d'une crise unique qui ne cause aucun dommage permanent. On a noté d'autres phénomènes tels que des symptômes psychotiques, une sévère confusion et un delirium lors d'un sevrage rapide mais une fois de plus, ces derniers n'apparaissent pas au cours d'une diminution lente et progressive du dosage. En suivant les étapes, vous pouvez être sûr d'éviter ces complications.

Revenir au sommaire

LES AUTRES MÉDICAMENTS DURANT LE SEVRAGE D'UNE BENZODIAZÉPINE



Cependant, il existe des drogues qui peuvent contrôler des symptômes particuliers du sevrage et qui demandent à être considérées dans certaines situations bien que non recommandables pour un usage régulier. Habituellement, elles ne seront administrées que temporairement mais elles peuvent parfois faciliter une situation difficile et permettre au patient de poursuivre le programme de sevrage.

Les antidépresseurs


Les antidépresseurs sont les médicaments les plus importants à ajouter durant un sevrage. Comme mentionné auparavant, la dépression peut devenir un problème réel au cours du sevrage et peut parfois être si sévère, qu'elle peut poser un risque de suicide, bien que ce soit rare lors d'une diminution lente et progressive. Comme dans toute dépression, la dépression lors du sevrage réagit aux médicaments antidépresseurs et est probablement causée par les mêmes modifications chimiques du cerveau. Ensemble, les antidépresseurs "ancienne mode" (doxepine [Sinéquan], amitriptyline [Elavil]) et les inhibiteurs du rebond de la sérotonine sélective (SSRIs; fluoxétine [Prozac], paroxétine [Paxil, Déroxat], venlafaxine (Effexor)) peuvent être effectifs et un médicament antidépresseur peut être prescrit si la dépression est sévère.

Il existe une école de pensée, surtout parmi les anciens ex-utilisateurs des tranquillisants, qui est opposée à l'absorption de d'autres médicaments pendant le sevrage. Mais on a enregistré des suicides lors de plusieurs essais cliniques du sevrage d'une benzodiazépine. Si une dépression est diagnostiquée sévère au cours du sevrage d'une benzodiazépine comme dans toute autre situation, cela serait de la folie de ne pas la traiter.

Cependant, il y a des désavantages avec les antidépresseurs.

Le premier est que cela prend entre 2 à 3 semaines ou plus, pour qu'ils deviennent vraiment effectifs. Ceci signifie que le patient et son mentor, doivent rester sur leurs gardes en cas de dépression afin qu'un traitement, s'il est conseillé par un médecin, puisse commencer le plus tôt possible.
Le second inconvénient est que l'anxiété peut s'aggraver temporairement au début du traitement que ce soit avec des tricycliques ou des SSRIs. Cela peut représenter un risque particulier durant le sevrage d'une benzodiazépine là où le niveau d'anxiété est habituellement élevé. Pour éviter une aggravation en ce qui concerne l'anxiété, il est important de démarrer avec la plus petite dose possible d'antidépresseur et de l'augmenter doucement sur une période de deux à trois semaines. Ne vous laissez pas persuader par votre médecin de commencer immédiatement par la dose thérapeutique du traitement de la dépression.
Il existe aussi des craintes que les antidépresseurs comme le Prozac puissent chez certains patients déclencher, au début du traitement, un état agité, violent ou suicidaire; un faible dosage et une surveillance étroite peuvent éviter ce risque.

Il est habituellement possible de continuer la diminution lente et progressive d'une benzodiazépine alors que l'on commence un traitement aux antidépresseurs, bien que certains préfèrent cesser leur sevrage pendant 2 à 3 semaines jusqu'à ce que l'antidépresseur soit totalement effectif. Il faut s'assurer d'éviter d'augmenter la dose de benzodiazépine. Non seulement les antidépresseurs calment la dépression mais ils ont, au bout de 2 à 3 semaines, des effets anti-anxiolytiques. Ils sont en fait un meilleur traitement à long terme pour l'anxiété, les crises d'anxiété et les phobies. Ils peuvent de plus aider activement dans le processus de sevrage d'une benzodiazépine.

Une fois l'absorption d'un antidépresseur commencée pour traiter une dépression, le traitement devrait se poursuivre pendant plusieurs mois (6 mois habituellement) afin d'éviter une récurrence de celle-ci. La diminution progressive de la benzodiazépine peut continuer durant ce temps et les antidépresseurs agiront parfois comme une protection bienvenue lors des dernières étapes du sevrage. Il est important de finir le sevrage de la benzodiazépine avant de débuter celui de l'antidépresseur. Très souvent, les personnes qui absorbent des benzodiazépines à long terme prennent simultanément des antidépresseurs. Dans ce cas, elles devraient continuer ceux-ci jusqu'à ce que le sevrage des benzodiazépines soit complété.

Un autre inconvénient des antidépresseurs est qu'ils causent eux aussi, des réactions de sevrage s'ils sont interrompus subitement, un fait qui n'est pas toujours considéré par les médecins. Les symptômes de sevrage comprennent :

    - une anxiété grandissante,
    - des troubles du sommeil,
    - des symptômes semblables à ceux de la grippe,
    - des symptômes gastro-intestinaux,
    - de l'irritabilité et des crises de larmes,

en fait peu différent des symptômes du sevrage de benzodiazépine. Ces réactions peuvent être empêchées par une diminution lente et progressive du dosage d'antidépresseur pendant une période variant de 1 à 3 mois (Voir le Tableau 2). La majorité des personnes qui ont été sevrées des benzodiazépines seront des expertes en matière de diminution progressive des dosages quand le moment viendra d'arrêter l'antidépresseur et seront capables de trouver une rythme de sevrage qui leur conviendra.

Mis à part leurs effets thérapeutiques au cours de la dépression et de l'anxiété, certains antidépresseurs ont un effet sédatif pour certains patients souffrant d'insomnie qui s'est avéré salutaire. Des doses faibles (10 à 50 mg) d'amitriptyline (Elavil) ou de doxépine (Sinéquan) sont remarquablement effectives pour glisser dans le sommeil si absorbé au moment du coucher. Ceux-ci peuvent être absorbés pendant de courtes périodes d'une semaine et peuvent être arrêtés en réduisant prudemment le dosage ou en prenant le médicament toutes les deux nuits. Le sevrage n'est pas un problème lorsque de petites doses sont absorbées durant de courtes périodes ou par intermittence.

TABLEAU 2. LES SYMPTÔMES DE SEVRAGE DES ANTIDÉPRESSEURS

Symptômes physiques

    - Gastro-intestinal: douleurs abdominales, diarrhée, nausée, vomissements
    - Symptômes de la grippe: fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, faiblesses, sueurs et frissons
    - Problèmes de sommeil: insomnie, rêves très réels, cauchemars
    - Problèmes sensoriels: tête qui tourne, difficulté à se concentrer, vertige, picotements et sensations de choc électrique
    - Troubles de motricité: tremblements, perte d'équilibre, rigidité des muscles et mouvements non contrôlés

Symptômes psychologiques

    - Anxiété, énervement
    - Période de larmes
    - Irritabilité
    - Hyperactivité
    - Agressivité
    - Dépersonnalisation
    - Problèmes de mémoire
    - Confusion
    - Morale à la baisse (déprimé)

Revenir au sommaire

Les bêtabloquants


Dans un petit peu de cas, de sévères palpitations, des tremblements musculaires ou des sursauts se développent durant le sevrage d'une benzodiazépine lesquels entravent le progrès du sevrage. Ces symptômes peuvent être contrôlés ou améliorés grâce à des médicaments que l'on nomme les bêtabloquants comme le propranolol (Indéral).
Les médicaments de ce type peuvent inhiber les effets du surplus d'épinéphrine et de norépinéphrine libéré par un système nerveux qui réagit trop. Ils ralentissent le rythme cardiaque et empêchent toute activité musculaire excessive. Bien qu'ils n'aient qu'un petit effet sur les symptômes psychologiques, ils peuvent briser le cercle vicieux dans lequel les palpitations ou les tremblements créent une anxiété qui entraîne elle-même encore plus de palpitations.

Il y a des personnes qui lors du sevrage d'une benzodiazépine ne prennent que de petites doses de ce médicament (10 à 20 mg d'Indéral, trois fois par jour) régulièrement, tandis que d'autres les gardent au cas où les symptômes physiques d'une crise d'anxiété sembleraient incontrôlables. Ils ne sont pas une panacée mais parfois ils aident des personnes à surmonter une situation difficile. On utilise les bêtabloquants en plus fortes doses dans les cas de tension artérielle élevée et d'angine de poitrine, mais de telles doses ne sont pas conseillées lors du sevrage d'une benzodiazépine. Ils ne doivent pas être absorbés par une personne atteinte d'asthme car ils peuvent causer la constriction des bronches.

Si on a utilisé des bêtabloquants pendant un certain temps, on devrait les arrêter progressivement en diminuant la dose, vu qu'eux aussi peuvent provoquer une réaction de sevrage qui se traduit par un rythme cardiaque élevé et des palpitations.

Revenir au sommaire
La méthode Ashton pour réussir à se sevrer des benzodiazépines - Sommaire et introduction - Neptune
La méthode Ashton pour réussir à se sevrer des benzodiazépines - introduction


Utilité, fonctionnement, liste des benzodiazépines
Chapitre 1 - Les benzodiazépines : indications, liste des produits, fonctionnement


Test - ma dépendance aux benzodiazépines
Chapitre 1bis - Test - ma dépendance aux benzodiazépines


Effets néfastes et indésirables des benzodiazépines
Chapitre 2 - Effets indésirables des benzodiazépines


Sevrage brutal des benzodiazépines
Chapitre 3 - Le danger de se sevrer brutalement


Préparation du sevrage des benzodiazépines
Chapitre 4 - Préparer son sevrage


Effets indésirables possibles du sevrage lent des Benzodiazépines
Chapitre 5 - Effets secondaires pendant le sevrage


Effets à long terme du sevrage aux Benzodiazépines
Chapitre 6 - Effets à long terme après le sevrage





Dernière édition par Neptune le 9/5/2016, 21:14, édité 20 fois


Les hypnotiques et les sédatifs


La plupart des hypnotiques et des sédatifs agissent de façon similaire aux benzodiazépines, y compris les barbituriques, les dérivés chloreux (Noctec) l'ethchlorvynol (Placidyl), le zopiclone (Zimovane, Imovane), le zolpidem (Stilnox, Stilnoct, Ambien), le zaleplon (Sonata) et, incidemment, l'alcool. Aucune de ces drogues ne devrait être utilisée comme somnifère alternatif durant le sevrage d'une benzodiazépine.

Elles peuvent toutes causer une sorte de dépendance similaire et de plus, certaines sont plus toxiques que les benzodiazépines.

Si dormir devient un vrai problème, une petite dose d'antidépresseurs tricycliques ayant des effets sédatifs (voir les antidépresseurs ci-dessus) est une solution à envisager. Alternativement, une antihistamine ayant des effets sédatifs (ex: la diphénylhydramine [Bénadryl], la prométhazine [Phénergan] peut être absorbée temporairement. Ni les antidépresseurs, ni les antihistamines ne réagissent de la même manière que les benzodiazépines.

Quelques tranquillisants majeurs présentent des effets sédatifs et sont aussi utilisées pour combattre la nausée, le vertige et le mal du transport. Elles sont parfois prescrites durant le sevrage, en particulier la prochlorméthazine (Compazine), Cependant de tels médicaments peuvent avoir des effets secondaires sérieux (des troubles moteurs comme ceux de la maladie de Parkinson) et ne sont pas recommandés pour un usage à long terme ou comme remplaçant des benzodiazépines.

Revenir au sommaire

Les autres médicaments, la phytothérapie...


On a testé plusieurs médicaments lors des études du sevrage d'une benzodiazépine afin de voir s'ils pouvaient accélérer le processus, prévenir ou diminuer les symptômes ou encore améliorer le pourcentage de succès à long terme.

Beaucoup de ces études portaient sur ce que l'on appelle ici un sevrage ultra-rapide. Par exemple, une étude faite aux États-Unis sur le sevrage d'une benzodiazépine de consommateurs à long terme, Rickels, Schweizer et al. Psychopharmacology 141,1-5,1999, a analysé les effets de l'antidépresseur sédatif (Trazodone, Désyrel) et de l'anticonvulsif (valproate de sodium, Dépakote). Ni l'un, ni l'autre de ces médicaments a eu un effet sur la sévérité des symptômes de sevrage, mais le taux de diminution progressive était de 25% de la dose hebdomadaire de benzodiazépine - un sevrage plutôt rapide !

On a découvert d'autres médicaments de faible valeur, voire même nulle, lors des essais de sevrage allant de 4 à 6 semaines. Celles-ci incluent le buspirone (BuSpar, un médicament qui combat l'anxiété), la carbamazépine (Tégrétol, un anticonvulsif), la clonidine (Catapres contre l'anxiété et parfois utilisée lors d'une désintoxication à l'alcool), la nifédipine (Adalat) et l'alpidem. Certains rapports indiquent que le médicament gabetine (Neurotonin), tiagabine (Gabitril) et peut-être aussi pregabalin (en attente de licence) aiderait les problèmes d'insomnie et d'anxiété durant la période de sevrage.

Enfin, la grande mode de la phytothérapie, et l'activisme commercial des usines de fabrication qui envahissent internet et s'appuient sur le raz-le-bol des médicaments classiques, font que nombre de personnes nous contactent en nous demandant si, à notre avis, la prise de tel ou tel produit (valériane, passiflore, huiles essentielles de ceci ou de cela) peut se "substituer" à la benzodiazépine. La réponse est clairement que, si certains de ces produits ont démontré leur efficacité anxiolytique ou d'aide au sommeil, ils n'aident en rien le sevrage et sont inactifs tant que la benzodiazépine occupe le terrain. Ne vous laissez donc pas séduire par ces vendeurs en direct, mais attendez que votre sevrage soit réellement terminé pour essayer ces produits. "Le marteau de précision de la Valériane a du mal à exister face au rouleau compresseur du Xanax@. En revanche, une fois tous les produits de synthèse éliminés, la phytothérapie prend toute son efficacité" (Dr Ph Lemoine, in "Detox", 2008)

En conclusion aucun médicament ni produit "naturel" ne peut être recommandé. Avec une diminution très progressive selon le rythme de l'individu, les médicaments supplémentaires ne sont pas nécessaires puisque des symptômes importants apparaissent rarement.

Sauf lors lors de situations spéciales, comme décrites ci-dessus, il peut y avoir une place pour un antidépresseur, un bêtabloquant ou une antihistamine sédative. Il n'est pas nécessaire d'éviter les médicaments contre la douleur comme le Tylénol, Feldène etc... en présence de maux de tête et de douleurs ordinaires.

L'usage ponctuel d'une benzodiazépine pendant et après le sevrage


Qu'arrive-t-il si une personne en cours de sevrage d'une benzodiazépine ou qui vient d'achever avec succès son sevrage a besoin d'une opération chirurgicale ? Les benzodiazépines sont utiles comme prémédication avant toutes opérations majeures pour leurs fonctions amnésiques et sédatives lors des procédures chirurgicales mineures.

Malgré cela, beaucoup d'ex-consommateurs sont terrifiés à l'idée que si on leur administre une benzodiazépine pour ces raisons, ils ont peur d'en devenir à nouveau dépendant. Ils doivent se rassurer une dose unique de benzodiazépine administrée en vue d'une opération ne peut en aucun cas faire ressurgir la dépendance et les symptômes de sevrage ne réapparaîtront pas. Les symptômes notés dans ces circonstances sont plutôt le résultat d'une peur et non d'une réaction de la benzodiazépine. Beaucoup de patients que le Pr Ashton a observés personnellement ont reçu des doses répétées de midazolam (Versed, Hypnovel, Dormicum), une benzodiazépine de courte action, pour des procédures dentaires (la phobie du dentiste est commune lors d'un sevrage) ainsi que d'autres benzodiazépines y compris le diazépam pour des opérations mineures et majeures, et ils s'en sont remis sans complications.
Bien des personnes qui ont repris l'usage des benzodiazépines parce qu'ils avaient échoué au premier sevrage peuvent très bien avoir autant de succès que les ceux qui débutent au sevrage progressif.

Revenir au sommaire

Diète, breuvage et exercice


Il y a un intérêt de plus en plus marqué afin de savoir si une diète spéciale doit être suivie lors du sevrage des benzodiazépines, particulièrement en Amérique du Nord. Quelle nourriture ou breuvage prendre ou exclure ? Quels suppléments alimentaires à ajouter ? Ce sont les questions les plus fréquemment posées. Selon le Pr Ashton, il n'y a aucun besoin spécifique à ce sujet.

Certains disent que la caféine et l'alcool ne devraient pas être pris durant cette période. Cependant, le but est d'amener les gens à diminuer graduellement leur dose de benzodiazépines à la maison pour qu'ils puissent s'habituer à vivre normalement sans aucune drogue et sans avoir à changer leur manière de vivre. Une tasse de café ou de thé pris modérément (deux tasses par jour à peu près) ou une quantité raisonnable de chocolat ou soda est tout à fait acceptable durant le sevrage des benzodiazépines.

À l'exception de quelques individus qui sont particulièrement vulnérables à la caféine ou ceux qui ont un niveau très élevé d'anxiété. Il est évident que l'on ne devrait pas boire de café en soirée ou boire du café ou thé non décaféiné au milieu de la nuit en période d'insomnie. Interdire le café au déjeuner est en général trop sévère et inutile. On essaie de redevenir normal en société et sociable, pas difficile.

La même chose avec l'alcool, un verre ou deux de vin est tout à fait correct et même souhaitable pour certaines personnes pour une meilleure santé. Il est important de ne pas substituer une augmentation d'alcool pour compenser la diminution dans la dose de benzodiazépines prises.

À part cela, il n'y pas de raison de se priver des petits plaisirs de la vie. La modération est la clef en tout. Le même principe s'applique à la nourriture. L'humanité s'est bien adaptée à toutes les phases de son évolution pour obtenir toutes les substances nutritives nécessaires malgré les différentes manières de s'alimenter dans les différentes cultures. Une diète bien équilibrée incluant des portions de fruits et de légumes et une source de protéines et de gras provenant de la viande ou de légumes, presque ou aucun sucre ou "junk food", fournit toutes les substances nutritives dont une personne a besoin.

Il n'y a aucun besoin pour des suppléments alimentaires, vitamines, minéraux ou des mesures de désintoxication. Cela pourrait même être dangereux si exagéré. Il est parfois recommandé de couper les farines blanches, le sucre blanc, etc. pour certaines personnes mais une diète trop sévère peut amener des effets négatifs. D'autres gens ont déclaré se sentir beaucoup mieux après un changement de diète - c'est à se demander ce qu'ils mangeaient auparavant ! Certains individus deviennent intolérants ou très sensibles à certaine nourriture sans que ce soit une allergie déclarée. Dans ce cas, le gros bon sens veut que l'on évite cette nourriture pour un temps. En cas de doute, obtenez l'avis d'une nutritionniste avertie mais en général une bonne nutrition est suffisante.

Avant que les nouvelles diètes soient à la mode, des milliers de gens ont réussi à cesser l'utilisation des benzodiazépines dans différents pays ayant une diète très différente sans aucune restriction. Cela est toujours vrai encore aujourd'hui.

Une diète normale comprend toujours une bonne quantité de liquide à boire. Les besoins d'eau et de sel peuvent varier avec la stature et poids, le climat et la quantité d'exercice pratiquée, etc. donc on ne peut la définir pour chaque individu. Cependant, il n'est pas nécessaire de boire plus en période de sevrage pour se nettoyer des toxines. Notre organisme réussit très bien à se nettoyer tout seul même avec un minimum de liquide absorbé et le surplus d'eau est éliminé inutilement.

L'exercice physique régulier et modéré est recommandé pendant le sevrage car il aide à garder la forme, élève le degré d'endurance et la circulation sanguine au cerveau, aux muscles et au niveau de l'épiderme en plus d'aider à la stabilité émotive. Il n'y a aucune raison de pratiquer un sport que vous détestez car nous voulons vivre une vie plus équilibrée ce qui par définition inclus de faire ce que nous apprécions.

Revenir au sommaire

Fumer


Même en considérant l'attitude devant cette très mauvaise dépendance, mais pour ceux d'entre nous qui sont fumeurs c'est probablement trop demander d'arrêter de fumer et de cesser en même temps les benzodiazépines. Plusieurs personnes ont mentionné qu'il est plus facile de cesser de fumer lorsque qu'elles n'utilisent plus de benzodiazépines car le besoin de drogue peut diminuer. En général, s'inquiéter au sujet de nos mauvaises habitudes, diète incluse, s'additionne inutilement au stress du sevrage. Il vaut mieux prendre cela tranquillement, une chose à la fois.

Conclusion de ce chapitre


Durant le sevrage d'une benzodiazépine, les symptômes croissent et diminuent d'une manière caractéristique, variant au quotidien selon la sévérité et le type, semaine après semaine et même au cours d'une même journée. Des symptômes vont et viennent. D'autres peuvent les remplacer. Il n'y a aucune raison de se laisser décourager par ces vagues. Avec le temps, les vagues de symptômes deviennent moins fortes et moins fréquentes.

Typiquement "la fenêtre" de la normalité, quand vous vous sentez bien pendant quelques heures ou quelques jours, apparaît au bout de quelques semaines; graduellement "la fenêtre" devient plus fréquente et dure plus longtemps, tous les malaises s'estompent.

Il est impossible d'établir une durée exacte des symptômes du sevrage. Cela dépend à quel moment vous commencez, de combien d'appui vous avez besoin et recevez, comment vous contrôlez votre diminution progressive de dosage ainsi que beaucoup d'autres facteurs. Avec une diminution lente, des consommateurs à long terme ont virtuellement éliminé tous leurs symptômes au moment d'absorber leur dernier comprimé et les symptômes disparaissent au bout de quelques mois pour la majorité d'entre eux.

Être vulnérable à un stress supplémentaire peut selon le cas durer plus longtemps et un cas de stress sévère peut temporairement faire ressurgir des symptômes. Peu importe la nature de vos symptômes, il est mieux de ne pas s'y attarder. Après tout, des symptômes ne sont que des symptômes et durant le sevrage la plupart d'entre eux ne sont pas le signe d'un malaise mais au contraire celui d'une guérison. En plus, tandis que votre esprit s'éclaircit, vous pouvez vous exercer à faire face à eux de différentes façons afin qu'ils deviennent de plus en plus légers.

Ce qui est rassurant c'est qu'on a trouvé, lors d'études cliniques, que le succès éventuel d'un sevrage ne dépend pas de la durée de l'utilisation, du dosage ou de la sorte de benzodiazépine, de la vitesse du sevrage, de la sévérité des symptômes, du diagnostique psychiatrique ou des essais de sevrages antérieurs. Par conséquent, à partir de n'importe quel point, un consommateur à long terme motivé peut y arriver s'il entreprend le traitement de bon cœur.

Revenir au sommaire

>> Chapitre suivant : 6. Effets à long terme après le sevrage

La méthode Ashton pour réussir à se sevrer des benzodiazépines - Sommaire et introduction - Neptune
La méthode Ashton pour réussir à se sevrer des benzodiazépines - introduction


Utilité, fonctionnement, liste des benzodiazépines
Chapitre 1 - Les benzodiazépines : indications, liste des produits, fonctionnement


Test - ma dépendance aux benzodiazépines
Chapitre 1bis - Test - ma dépendance aux benzodiazépines


Effets néfastes et indésirables des benzodiazépines
Chapitre 2 - Effets indésirables des benzodiazépines


Sevrage brutal des benzodiazépines
Chapitre 3 - Le danger de se sevrer brutalement


Préparation du sevrage des benzodiazépines
Chapitre 4 - Préparer son sevrage


Effets indésirables possibles du sevrage lent des Benzodiazépines
Chapitre 5 - Effets secondaires pendant le sevrage


Effets à long terme du sevrage aux Benzodiazépines
Chapitre 6 - Effets à long terme après le sevrage

Revenir en haut  

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat

Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit