Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Stilnox (zolpidem) - comment l'arrêter - sevrage par la méthode Ashton

Par Neptune 
le 24/12/2017

 

Sevrage du Stilnox@ par la méthode Ashton


Sources : Méthode du Professeur Heather Ashton, et recommandations officielles au Royaume-Uni (1) et en France.

Avertissement


Avant de vous lancer dans ce sevrage, lisez bien tous les chapitres de la méthode Ashton. Vous avez peut-être trouvé cet article par un moteur de recherche, et êtes inquiet(e) à propos de ce médicament. Vous n'avez pas tort, mais devez bien vous préparer.

Les effets secondaires du sevrage ne vous surprendront pas si vous prenez ce médicament depuis longtemps : les benzodiazépines ne font alors presque plus d'effet et, à quantité constante, le corps est en "manque" et manifeste déjà de nombreux symptômes. Le sevrage devra être lent et adapté à votre rythme personnel, à la durée de votre dépendance passée, et vous devrez surmonter dans tous les cas des passages difficiles, sans replonger, mais en allongeant les "paliers" ou en revenant à un pallier en arrière, pas plus, sauf situation très grave.

Nous vous souhaitons de réussir : d'autres ont réussi ce sevrage, non sans efforts, mais sont maintenant définitivement débarrassé(e)s de leur dépendance au zolpidem (Stilnox@).

Cette aide ne se substitue pas à celle, indispensable, d'un médecin ou psychiatre compétent dans le sevrage aux benzodiazépines.

L'équipe Neptune.

Programmes



D'autres programmes peuvent être étudiés pour les adhérents de notre association, en fonction de votre durée de prise, de votre dose actuelle, et de divers autres facteurs.


(1) Les recommandations officielles au Royaume-Uni : NICE Clinical Knowledge Summaries: Benzodiazepine and z-drug withdrawal, 2013
Ce lien a été rendu inaccessible en France mais le contenu peut être lu sur le projet de recommandation français de la HAS de 2015 :
Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés - Rapport d'élaboration, HAS, 2015, pages 10 à 13



Les recommandations officielles en France


Dose
    Le traitement doit être pris en une seule prise et ne doit pas être ré-administré durant la même nuit.
    La dose journalière recommandée pour les adultes est de 10 mg.
    La prise doit avoir lieu immédiatement au moment du coucher.
    Le traitement sera initié à la dose efficace la plus faible et la dose maximale de 10 mg ne doit pas être dépassée.
  • Sujets âgés ou fragilisés
    Les sujets âgés ou fragilisés étant particulièrement sensibles aux effets du zolpidem, la posologie recommandée dans cette population est de 5 mg (soit 1/2 comprimé).
  • Insuffisants hépatiques
    L'élimination et le métabolisme du zolpidem étant diminués en cas d'insuffisance hépatique, le traitement doit être initié chez ces patients à la posologie de 5 mg par jour, en prêtant une attention particulière chez les sujets âgés.

    Dans tous les cas, la posologie ne doit pas dépasser 10 mg par jour.

  • Population pédiatrique
    La tolérance et l’efficacité du zolpidem n’a pas été démontrée chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans. Par conséquent, le zolpidem n’est pas recommandé dans cette population.
Durée
    Le traitement doit être aussi bref que possible, de quelques jours à 4 semaines, y compris la période de réduction de la posologie.
    La durée du traitement doit être présentée au patient :
    • 2 à 5 jours en cas d'insomnie occasionnelle (comme par exemple lors d'un voyage),
    • 2 à 3 semaines en cas d'insomnie transitoire (comme lors de la survenue d'un événement grave).
    Les traitements très brefs ne nécessitent pas d'arrêt progressif.
    Dans certains cas, il pourra être nécessaire de prolonger le traitement au-delà des périodes préconisées. Ceci impose des évaluations précises et répétées de l'état du patient.
Divers
    Afin de favoriser le bon usage et limiter les risques d’abus et de pharmacodépendance du zolpidem, une partie de la réglementation des stupéfiants sera appliquée aux médicaments qui en contiennent (ANSM, 2017).

Équivalences

Entrez votre dose de zolpidem (Stilnox@) (ex. : 1.5)

(mg)

Ok
Dose de diazepam équivalente (Valium@) (mg)
Dose de prazepam équivalente (Lysanxia@)

(mg)
+-33%
Le résultat d'équivalence en prazepam varie plus selon les individus à cause de son métabolisme particulier : on préfèrera donc la substitution au diazepam, dont l'équivalence avec le zolpidem est mieux connue

Sevrage direct ou substitution ?


Les personnes qui ne sont pas encore trop dépendantes au zolpidem (dose ne dépassant pas 10 mg, effets indésirables peu marqués pendant la journée) peuvent généralement se sevrer directement à l'aide du programme 14, conforme à la règlementation française.

Elles peuvent aussi adapter ce programme et suivre les recommandations britanniques (1) en faisant des diminutions plus légères : en effet, 1/4 de comprimé représente une diminution de 25 % au début, de 50 % ensuite, et il est possible qu'elle soit mal supportée.

Les recommandations britanniques (1) et la méthode Ashton préconisent une diminution par 1/8e de comprimé (soit 12,5%) et même de 5 % à 10 % selon la sévérité des symptômes du sevrage . Certaines personnes ont eu recours avec succès à un "coupe-comprimé" pour obtenir des fractions inférieures au quart de comprimé : cet objet ne coûte que quelques euros.

Dans le cas du zolpidem (Stilnox@) la substitution est recommandée par les recommandations britanniques (1), - programme 14b - notamment dans le cas où le sevrage direct produit des effets indésirables pendant la journée, ce qui est un signe de dépendance forte au zolpidem. La substitution permet :

1. de passer à un conditionnement qui permette la réduction très progressive, par réductions de 10% ou moins. C'est possible avec certaines benzodiazépines, notamment celles distribuées en gouttes comme le diazepam (Valium@) ou le prazepam (Lysanxia@), mais pas avec le zolpidem/Stilnox@. Vers la fin du sevrage, il est fréquent de devoir diminuer d'une seule goutte par quinzaine.

2. de passer à une molécule équivalente, mais dont la demi-vie est plus longue. La demi-vie représente la durée d'action de la molécule dans votre organisme. Plus cette demi-vie est longue, moins difficile est le sevrage. A contrario, le zolpidem, dont la demi-vie est très courte (2 h), induit une dépendance forte.

Revenir au sommaire

Programme 14 - sevrage rapide d'une dose de 10mg de zolpidem (Stilnox@)




La "dose au départ" représente la "dose de confort", celle avec laquelle vous vous sentez bien, et que vous prenez régulièrement.  Si votre habitude concernant le zolpidem est une prise irrégulière, adoptez d'abord une régularité (prise quotidienne), avec une quantité qui stabilise votre état, c'est-à-dire avec laquelle vous vous sentez bien, ni trop calme, ni trop tendu(e), un sommeil à peu près normal.

Dans tous les cas, commencez par un palier d'une à deux semaines avec cette "dose de confort". Ceci vous permettra de bien maîtriser ensuite les effets de la diminution.

SoirDose de diazepam équivalente
Dose au débutzolpidem 10 mg 5 mg
Etape 1 - Début du sevrage
(1 semaine ou +)
zolpidem 7,5 mg 3,75 mg
Etape 2
(2 semaines ou +)
zolpidem 5 mg 2,5 mg
Etape 3
(2 semaines ou +)
zolpidem 2,5 mg 1,25 mg
Etape 4
(2 semaines ou +)
zolpidem 0 mg 0 mg

Notes:


    1. Le zolpidem étant un somnifère puissant, et de durée d'effet très courte, il est possible de connaître des difficultés au début du sevrage et par la suite. Lisez bien les principes de la méthode Ashton pour gérer ces difficultés, et nos articles dans "trouble du sommeil" : il faut compléter votre sevrage par des mesures indispensables de réparation de votre sommeil.  
    2. Si vous avez tout essayé et que ce programme ne fonctionne toujours pas, vous pouvez aussi effectuer une diminution plus lente, en utilisant un "coupe-médicaments" pour obtenir des fractions de moins d'un quart de comprimé : coupez le comprimé en 8 conformément aux recommandations officielles britanniques (1), ce qui fera des diminutions de 12,5 %.
    3. Essayez aussi d'utiliser la méthode d'alternance : aucun comprimé un jour sur deux, un jour sur trois, etc. Si votre dépendance est trop forte, vous pouvez aussi passer par la substitution (programme 14b ci-dessous), qui permet de moins subir d'effets indésirables pendant la journée, et compense en partie la diminution de zolpidem du soir.

    Ce programme de sevrage ne peut se faire sans le soutien et le suivi d'un bon médecin, entre autres précautions. Lisez et relisez attentivement et régulièrement les chapitres ci-contre tout au long de votre sevrage.

Revenir au sommaire

Programme 14b - sevrage lent d'une dose de 10mg de zolpidem (Stilnox@) avec une substitution au diazépam (Valium@)




10mg de zolpidem représentent l'équivalent d'environ 5 mg de diazépam. Il faudra rapidement vous faire prescrire la benzodiazépine de substitution en gouttes.

La "dose au départ" représente la "dose de confort", celle avec laquelle vous vous sentez bien, et que vous prenez régulièrement.  Si votre habitude concernant le zolpidem est une prise irrégulière, adoptez d'abord une régularité (prise quotidienne), avec une quantité qui stabilise votre état, c'est-à-dire avec laquelle vous vous sentez bien, ni trop calme, ni trop tendu(e), un sommeil à peu près normal.

Dans tous les cas, commencez par un palier d'une à deux semaines avec cette "dose de confort". Ceci vous permettra de bien maîtriser ensuite les effets de la substitution puis de la diminution.

SoirDose de diazepam équivalente
Dose au débutzolpidem 10 mg 5 mg
Etape 1
(1 à 2 semaines)
zolpidem 7,5 mg + diazepam 4 mg (12 gouttes)7,75 mg
Etape 2
(1 à 2 semaines)
zolpidem 5 mg + diazepam 4 mg (12 gouttes)6,5 mg
Etape 3
(1 à 2 semaines)
zolpidem 2,5 mg + diazepam 5 mg (15 gouttes)6,25 mg
Etape 4
(1 à 2 semaines)
zolpidem 0 mg + diazepam 6 mg (18 gouttes)6 mg
Etape 5 - Début du sevrage
(1 à 2 semaines)
diazepam 5 mg (15 gouttes)5 mg
Etape 6
(1 à 2 semaines)
diazepam 4 mg (12 gouttes)4 mg
Etape 7
(1 à 2 semaines)
diazepam 3 mg (9 gouttes)3 mg
Etape 8
(1 à 2 semaines)
diazepam 2 mg (6 gouttes)2 mg
Etape 9
(1 à 2 semaines)
diazepam 1 mg (3 gouttes)1 mg
Etape 10
(1 à 2 semaines)
diazepam 0 mg (0 gouttes)0 mg

Notes:


    1. Le zolpidem étant un somnifère puissant, et de durée d'effet très courte, il est possible de connaître des difficultés d'endormissement au début de la substitution et par la suite. Le diazépam ne vous endormira pas aussi rapidement, mais il vous aidera pendant le sevrage à calmer votre système nerveux. Lisez bien les principes de la méthode Ashton, et nos articles dans "trouble du sommeil", pour complémenter votre sevrage par des mesures indispensables de réparation de votre sommeil.  

    Ce programme de sevrage ne peut se faire sans le soutien et le suivi d'un bon médecin, entre autres précautions. Lisez et relisez attentivement et régulièrement les chapitres ci-contre tout au long de votre sevrage.

Revenir au sommaire

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat
Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Maladies