Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Mon séjour à l'hôpital psychiatrique de Thuir (66) - témoignage

Par Neptune 
le 26/02/2015

 
Les Pyrénées orientales (66) n'ont qu'un seul secteur psychiatrique, et un seul hôpital psychiatrique qui, avec 651 lits emploie la totalité de la petite ville de Thuir.

Jean-Louis Caccomo, professeur d'économie à l'Université de Perpignan, y a effectué un séjour forcé, et nous a confié son témoignage.


Perpignan, le 11 février 2015


Au delà du fait que l’on m’a retiré ma liberté et privé de ma vie arbitrairement, je voudrais ici alerter sur les conditions de traitement dans l’univers psychiatrique en France en 2015. On a tous en tête les conditions de traitement des prisonniers dans les prisons turques ou marocaines et l’on se dit que cela se passe sous d’autres cieux, dans des pays peu scrupuleux sur les droits de l’homme et qui n’ont pas les mêmes standards de développement. Certes, cela n’excuse pas les mauvais traitements mais permets de le comprendre. Mais ce que j’ai enduré et vu se passe en France, à quelques kilomètres de mon université et de mon foyer, au pays des droits de l’homme.

Dès que vous êtes admis, on vous administre un traitement de choc de sorte que, au bout de quelques jours, vous n’êtes plus vous-même. Pour ma part, je resterai prisonnier 18 longs mois. Au début, on vous impose de porter un pyjama bleu. Puis on est laissé dans le vide du temps arrêté car c’est la même journée qui se répète indéfiniment de sorte que l’on perd la notion du temps.

"Il est impossible de dormir à cause des cris ou des patients qui tapent sur les murs"


Le seul repère, c’est la prise des médicaments, matin, midi, soir et à 22 h. La nuit, un veilleur ouvre la porte de la chambre toutes les heures. De toute façon, il est impossible de dormir à cause des cris ou des patients qui tapent sur les murs.

On ne m’appelait plus Monsieur Caccomo. Un jour, j’ai demandé que l’on m’appelle Docteur Caccomo car c’est ainsi que mes collègues américains me nomment et je me suis fait moquer allègrement par le petit personnel.

"On perd peu à peu sa dignité et son humanité"


Puis les effets secondaires de la combinaison des médicaments se déchaînent : hallucination, ralentissement de toutes les fonctions motrices, incontinence, perte des dents et des ongles… On perd peu à peu sa dignité et son humanité. À tel point qu’un jour, c’est le personnel qui a fait ma toilette, constatant que j’avais uriné dans mes draps.

Durant mon séjour, j’ai assisté à deux suicides et une tentative d’évasion. Je suis rentré, choqué, dans ma chambre. Ensuite, on passe ses journées dans la cour intérieure, avec pour seule occupation, la cigarette, à la recherche de mégots parfois, à l’abri des regards des infirmiers qui nous surveillent.

"Les psychiatres m'ont savamment reprogrammé à l'idée que je devais faire une croix sur ma carrière"


J’étais devenu un zombie, je ne me reconnaissais plus, moi qui avais l’habitude des colloques, des grands hôtels et des événements de prestige dans le cadre de mes activités universitaires. Les psychiatres m’ont savamment reprogrammé à l’idée que je devais faire une croix sur ma carrière. Quand je tentais de répondre, mes propos étaient qualifiés de « délires symptomatiques de phase maniaque ». Alors je me taisais, et mon mutisme était qualifié de « symptômes caractéristiques de phase décompensatoire ».

Je n’avais plus le goût des aliments. Les infirmiers me forçaient à manger avec la petite cuillère l’incontournable compote qui nous servait de dessert et que je ne supportais plus. Comme les enfants, à 16 h, on nous conduisait au réfectoire pour prendre un goûter…

À Noël, on est venu me chercher, on m’a rasé et coupé les cheveux pour aller boire le Champomy à 20 h avec le personnel de garde puis j’étais au lit à 20 h 30. De toute façon, durant mon séjour, on dînait à 19 h puis on était dans la chambre à 19 h 20.

"Il y avait des patients en isolement, attachés à leur lit, que l’on ne voyait jamais"


Il y avait des patients en isolement, attachés à leur lit, que l’on ne voyait jamais.

Tout ce que l’on voyait, c’était les infirmiers qui apportaient le plateau repas en chambre.

À chaque fois que je passais en audience devant le juge des libertés, mon état se dégradait. Le juge a maintenu en conséquence mon internement à cinq reprises, de sorte que j’avais perdu tout espoir de sortir de cet enfer.

J’ai bien pensé ne jamais en ressortir.


Jean-Louis a finalement été libéré : au bout d'un an (Avril 2014), l'hôpital de Thuir a estimé qu'il devait bénéficier d'un traitement spécial (on parle ici ou là d'électrochocs), et a du recourir aux services d'une clinique spécialisée à Montpellier. Le psychiatre de Montpellier a rapidement constaté que Jean-Louis n'avait pas besoin de soins sous contrainte, et a mis fin à son internement en juin 2014.

Le tiers demandeur de son internement, est le directeur de l'université de Perpignan, Mr Fabrice Llorente. La demande du 13 février 2014 est illégale : pas de certificat médical émanent d'un médecin extérieur à l'HP. L'auteur d'une demande d'HDT est, selon la loi, "toute personne susceptible d'agir dans l'intérêt du malade" (1). L'attitude de l'HP de Thuir est également illégale.

Ceci n'a pas empêché le directeur de l'université, de tenter une seconde fois, ce 9 janvier 2015, de faire interner Jean-Louis. Grâce à son entourage, il échappe de justesse à ce second internement, et tente aujourd'hui d'obtenir réparation en justice. Quels que soient les motifs médicaux ayant prévalu à son internement, les conditions initiales et la prolongation de cet internement sont totalement abusifs. Nous espérons que le cas de Jean-Louis soit correctement jugé, afin que de tels abus ne se reproduisent pas.    

Le centre hospitalier spécialisé Léon-Jean Grégory de Thuir
Le centre hospitalier spécialisé Léon-Jean Grégory de Thuir, lors de l'inauguration des nouveaux bâtiments.



Pyrénées Orientales : un seul hôpital psy
Tous les lits sont concentrés à Thuir : plus qu'au Vinatier, le plus grand HP de Lyon. La loi de sectorisation est bien loin, on préfère agrandir l'usine.



Journées du consentement à Thuir
Trouvé sur la page Facebook de l'hôpital.
Jean-Louis Caccomo, et tous les internés abusifs, apprécieront.



Jean-Louis Caccomo
Jean-Louis Caccomo

Règles relatives à la publication d'avis


Les témoignages reflètent les opinions de leurs auteurs. Ils sont acceptés lorsqu'ils proviennent d'usagers ayant été directement confrontés aux établissements et/ou aux personnels médicaux. Ces derniers ne sont pas cités nominativement. Les témoignages et avis positifs ou négatifs sont acceptés s'ils sont suffisamment précis sur les faits relatés. Ils sont publié jusqu'à obsolescence, c'est à dire que les faits ne doivent pas remonter à plus de 10 ans, sauf mention expresse de description d'un fait d'histoire et intéressants pour une perspective historique clairement exprimée comme telle.

Aucun avis entrant dans ce cadre n'est priorisé par rapport à un autre : la présentation est purement chronologique. Tout émetteur d'avis peut demander, par les mêmes moyens, à supprimer ou modifier son avis. La reproduction d'avis sur d'autres médias est sous l'entière responsabilité du média reproducteur, après demande d'autorisation à l'association.

L'association décrit et critique, par ces témoignages positifs ou négatifs, un système et des actes individuels dans un but d'information et de contribution à une meilleure éthique de soins dans nos pays. La citation nominative de personnes est contraire à l'éthique de l'association, ce qui n'empêche pas cette dernière de conseiller, dans ses discussions privées, tel ou tel praticien ou établissement plutôt que tel ou tel autre. Elle anonymise les noms propres des personnes privées, mais non des personnalités publiques. Par personnalité publique, nous désignons toute personne publiant en son nom des articles dans des médias publics numériques ou classiques. Les auteurs des témoignages peuvent, de même, choisir de ne pas dévoiler leur identité complète, mais peuvent aussi le faire ce qui renforce la validité du témoignage.

L'association fournit ses services en toute indépendance, ne perçoit ni ne fournit aucune rémunération pour aucun de ses articles, ne perçoit et ne percevra ni subvention ni don d'aucune d'organisation politique, commerciale, religieuse ou assimilée, ni d'aucune nature que ce soit. Elle n'adhère et n'est obligée envers aucun aucun des types d'organisation précitées.


(1) La jurisprudence a établi, depuis cette affaire, qu'un employeur n'appartient pas à cette catégorie, et a annulé des mesures d'internement à la demande de ce type de tiers.

"Surtout n'allez pas à l'hôpital psy du coin : je le connais j'y étais soignante"


Second témoignage, de François, adhérent de Neptune

Port-Vendres, Aout 2014.

Ayant imprudemment accéléré la fin d'un sevrage aux anxiolytiques, l'une des personnes de notre groupe s'est trouvée très mal en arrivant dans cette région. Épuisée par les attaques de panique à répétition, elle s'évanouit au petit déjeuner, sur la terrasse d'un café. Gentiment, la serveuse nous aide, et demande ce qui se passe, si on doit appeler le SAMU etc. Sachant ce qui se passait, nous lui disons simplement "c'est un problème de sevrage à un tranquillisant, c'est normal, ne vous inquiétez pas". Un peu inquiète, elle aide la personne en lui parlant, en lui tenant la main et en apportant de l'eau fraiche. Un autre serveur avait déjà décroché son téléphone pour appeler le SAMU. Elle l'arrête aussitôt : "surtout pas !". En se tournant vers moi : "ça va aller ? je vous conseille vraiment de ne pas vous rendre à l'hôpital psy d'ici : je connais, j'y ai été soignante !".  



La Gare de Perpignan
La Gare de Perpignan. En 2015, le génial Salvatore Dali aurait peut être été interné à Thuir pour peintures non conformes ?


Ces témoignages ne préjugent pas de notre opinion sur l'ensemble des services de ce centre hospitalier, ils sont  simplement révélateurs de ce que l'on trouve, sauf exceptions, dans l'ensemble du système hospitalier psychiatrique en France.  

Des avis contradictoires ou complémentaires peuvent nous être communiqués publiquement (bouton "répondre") ou par email, que nous publions uniquement s'ils sont émis par des personnes ayant été patient(e)s de ces lieux, en spécifiant bien la référence à cet article. Ils seront publiés en respectant l'anonymat si vous le demandez.  Neptune.



Dernière édition par Neptune le 6/6/2018, 10:42, édité 1 fois

Message le 6/6/2018, 03:40  lib66

Bonjour monsieur,

lorsque vous dites que les P.O. n'accueillent qu'un seul hopital psychiatrique, c'est totalement faux. Il existe aussi la clinique psychothérapeutique du Roussillon près de l'hopital St-Jean, à Perpignan. avec une centaine de places et très bien encadrées par de bon professionels.

Il y a des psychiatres, des psychologues, des psychothérapeutes, des coachs sportifs, des ateliers en tout genres, et une cantines digne de ce nom. Cette clinique est gérée par un grand groupe dont je tairai le nom pour ne pas faire de pub, mais vous devez la connaitre. Alors ne dites pas que Thuir est la seule du département.

Cordialement

Bonjour Monsieur lib66, et merci pour votre intervention sous le titre de "démenti"

Nous avons écrit que "Les Pyrénées orientales (66) n'ont qu'un seul secteur psychiatrique, et un seul hôpital psychiatrique" et ces deux assertions restent vraies, lorsque l'on distingue "hôpital" de "clinique", dont le fonctionnement est fondamentalement différent.

Nous prenons note de votre appréciation positive de la Clinique du Roussillon, mais souhaiterions savoir si vous y avez séjourné en tant que patient ou pas, et donc à quel titre vous connaissez la Clinique du Roussillon (groupe international ORPEA - CLINEA), ce afin de faire le tri entre les avis toujours positifs de la part du personnel ou autres promoteurs, et ceux des personnes y séjournant comme patients, sachant qu'ils peuvent bien entendu également être positifs, ou pas.

Une adhérente nous a signalé à propos de la Clinique du Roussillon une gestion pour le moins précipitée et peu appréciée d'un "péril imminent" à propos de son proche. Je cite : "La clinique du Roussillon a transféré immédiatement la personne à Thuir en péril imminent et n'a pas fait suivre son dossier médical comprenant des pathologies somatiques lourdes (AVC, problèmes cardiaques...). ". Dossier médical à l'appui. Mais bien sûr ce n'est qu'un avis, qui gagnerait à être conforté ou contredit par d'autres avis.

Dans l'attente, veuillez recevoir, Monsieur lib66, nos meilleures salutations,

Neptune

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat
Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit