Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Faut-il arrêter les psychotropes ? - Chapitre XI - Etape par étape

Par Neptune 
le 23/04/2014

 

L'interruption étape par étape


Réduire la posologie avec le maximum de sécurité


Les considérations suivantes sont générales, et aucun modèle unique n’est valable pour tout le monde :
• En général, il vaut mieux aller doucement et diminuer graduellement. Bien que certaines personnes soient capables d’arrêter rapidement ou d’un coup, se sevrer brusquement des médicaments psychotropes peut déclencher de dangereux effets de sevrage, y compris des crises d’épilepsie et des psychoses. En règle générale, plus on a utilisé un médicament longtemps, plus on aura besoin de temps pour l’arrêter. Certaines personnes mettent des années pour réussir à décrocher.

• Commencez par un seul médicament. Choisissez en premier lieu celui qui vous procure les pires effets négatifs, le médicament qui vous semble être le moins utile, celui qui a des chances d’être le plus facile à arrêter, ou bien le médicament auquel vous êtes le plus attaché(e).

• Établissez un plan. Certaines personnes peuvent aller plus lentement ou plus vite, mais une réduction de 10 % ou moins de la dose initiale tous les 2-3 semaines, ou plus, serait une bonne ligne directrice. Continuez jusqu’à ce que vous ayez atteint la moitié de la dose initiale, puis diminuez par dose de 10% de la nouvelle quantité. Faites un tableau indiquant quelle quantité de chaque médicament vous devez prendre. Procurez-vous des pilules de taille différente, un coupe-pilule (attention, certaines certaines pilules ne doivent pas être coupées), ou un verre gradué. Par exemple, si vous avez commencé avec 400 mg. par jour, vous pourriez d’abord réduire la dose de 10% (40 mg.), à 360mg. Après 2 semaines ou plus, si les sensations sont tolérables, une autre réduction de 40 mg. vous ramènerait à 320 mg., puis 280 mg., 240 mg., et ainsi de suite. À 200 mg. si vous constates qu’une nouvelle baisse de 40 mg. serait trop difficile, vous pouvez réduire de 10% de 200 mg. (20 mg.) et ainsi descendre à 180 mg. etc. Il ne s’agit ici que d’indications générales, les gens fonctionnent de manière très différente. Demandez de l’aide à un pharmacien.

• Si vous prenez des médicaments depuis très longtemps, il est préférable de commencer par une diminution encore plus petite et maintenir cette dose pendant un moment. Il faut être souple – interrompre complètement n’est peut-être pas la bonne solution pour vous.
• Bien que la réduction progressive soit généralement préférable, certains effets secondaires sont tellement graves, comme le syndrome malin des neuroleptiques ou les irruptions cutanées dues au Lamictal, qu’un sevrage brusque est considéré comme médicalement nécessaire. Il est nécessaire de se tenir informé(e) des tests de laboratoire et de parler de ce qui se passe avec son  médecin.

• Après votre première diminution, surveillez les moindres effets avec soin. Restez en contact étroit avec votre médecin, un(e) ami(e), un groupe de soutien, ou un(e) conseiller(e). Vous pouvez tenir un journal de vos symptômes, avec l’aide éventuelle de quelqu’un. Rappellez-vous que si les symptômes empirent directement après la diminution du médicament, il s’agit probablement des effets du sevrage et cela va peut-être passer.

• Tout particulièrement avec les antidépresseurs et les benzodiazépines, il est parfois possible de faciliter le sevrage en les remplaçant par une dose équivalente d’un médicament similaire avec une “demi-vie” plus longue – retrait plus graduel de l’organisme. Accordez-vous du temps, 2 semaines ou plus, pour vous ajuster au nouveau médicament, voire plus de temps si vous avez des difficultés à permuter.

• Si vous avez besoin de doses très minimes ou irrégulières, utilisez des préparations pharmaceutiques, ou préfèrez une forme liquide avec un verre gradué ou une seringue pour contrôler le dosage. Demandez de l’aide à votre pharmacien, certaines marques pourraient être de puissances différentes sous forme liquide.

• Si vous prenez des antiparkinsoniens ou d’autres médicaments pour les effets secondaires, continuez d’en prendre jusqu’à ce que vous ayez considérablement réduit les antipsychotiques, ensuite, vous pouvez commencer à diminuer progressivement le médicament contre les effets secondaires.

• Si vous prenez des médicaments classiques en plus des médicaments psychotropes, les dosages et les effets pourraient interagir. Soyez particulièrement prudent(e) et lent(e), et demandez de bons avis médicaux.

• Si vous prenez un médicament “si besoin” (“prn”), et non pas en dosage régulier, essayez de moins vous appuyer sur lui, mais gardez-le comme une option pour aider au sevrage d’autres médicaments. Par la suite, arrêtez progressivement d’utiliser ce médicament également. Prévoyez de l’avoir à votre disposition dans l’avenir comme solution de secours, par exemple pour dormir.
• Lorsqu’ils sont pris régulièrement, les benzodiazépines sont hautement addictifs et parfois ils s’avèrent être les plus difficiles à arrêter, en particulier sur la fin. Il serait peut être bon de s’en occuper en dernier.(1)

• Il est très courant que des gens commencent le processus de diminution et réalisent ensuite qu’ils vont un peu trop vite. Si le sevrage est insupportable, trop difficile, ou s’éternise trop, ré-augmentez la dose. Attendez deux semaines ou plus et essayez encore. Si vous rencontrez toujours des difficultés, ré-augmentez la dose et diminuez ensuite plus lentement, ou bien maintenez simplement le dosage auquel vous êtes parvenu(e).

• Si vous vous retrouvez en crise, considérez-le comme une étape dans un processus plus large d’apprentissage et de découvertes, et non comme un échec. Si possible, contentez-vous du minimum de traitement nécessaire afin de retrouver une stabilité, plutôt que de tout recommencer depuis le début. Gardez à l’esprit que votre adversaire pourrait être le sevrage des médicaments en lui-même, non pas les émotions ou les états extrêmes sous-jacents, ni même la combinaison des deux.

• Souvenez-vous qu’il peut être difficile de décrocher complètement, il faut donc accepter cette possibilité et être souple vis à vis de ses objectifs. Utilisez d’autres moyens pour améliorer votre vie et votre bien-être, et essayez à nouveau quand le moment viendra.

Que vais-je ressentir ?


Tout le monde est différent, et il est important de garder l’esprit ouvert sur ce que vous allez vivre. Peut-être n’éprouverez-vous pas le moindre effet de manque – ou bien le sevrage pourrait avoir l’effet d’une bombe. Peut-être traverserez-vous plusieurs semaines difficiles avant de vous en sortir, ou peut-être que vous remarquerez des effets de sevrage sur le long terme.

Dans l’étude de MIND sur l’interruption de l’usage des médicaments, 40% des gens ne signalent aucun problème significatif à se sevrer. Cependant, l’état de manque peut parfois être si grave qu’il est nécessaire de reprendre le médicament ou d’augmenter le dosage. Il apparaît que plus le traitement a été pris pendant longtemps, plus les chances de connaître un état de manque sont grandes.

sevrage Psychotropes - Neptune
L’état de santé général, un entourage soutenant, des outils pour affronter la situation et une attitude aimante et positive peuvent permettre de tolérer les effets du sevrage. Les modifications chimiques dans le cerveau peuvent tout de même être spectaculaires, et tout le monde est potentiellement vulnérable. Il faut soutenir l’aptitude naturelle de votre corps pour la guérison, et vous souvenir que dans tout processus de désintoxication le temps joue en votre faveur. Il est primordial de se préparer aux problèmes éventuels, tout comme à la manière de traiter une crise. Néanmoins, ne vous attendez pas uniquement au pire : soyez à l’écoute de ce qui se passe.
(1) Toutefois, la méthode du Pr Ashton (consultable ici sur Neptune) ne recommande de se sevrer d'un antidépresseur qu'après s'être sevré(e) des benzodiazépines

Les effets du sevrage les plus répandus sont l’anxiété et les troubles du sommeil. D’autres effets recouvrent un large éventail et peuvent inclure de manière non-exhaustive :

  • sensation générale de malaise,
  • crises d’angoisse,
  • accélération du court de la pensée/obsessions,
  • maux de têtes,
  • symptômes semblables à ceux de la grippe,
  • dépression,
  • étourdissements,
  • tremblements,
  • difficultés respiratoires,
  • problèmes de mémoire,
  • émotions extrêmes, mouvements involontaires,
  • spasmes
  • contractions musculaires et nausées.

Le sevrage peut aussi déclencher

  • un état de crise,
  • des changements de personnalité,
  • un état maniaque,
  • une psychose,
  • des délires,
  • de l’agitation,
  • d’autres symptômes psychiatriques.

Les symptômes associés aux antidépresseurs peuvent comprendre :

  •  une agitation extrême,
  • des “chocs électriques”,
  • une tendance suicidaire,
  • des auto-mutilations comme le fait de se taillader,
  • l’agressivité.

Souvent, les gens signalent les pires effets de sevrage à la fin du processus d’interruption de traitement, quand ils ont réduit leur dosage à presque rien. Il faut être créatif et souple.

Le sevrage du lithium et des médicaments antiépileptiques et “stabilisateurs d’humeur” n’agissent pas sur les neurotransmetteurs, mais sur le flux électrique et sanguin vers le cerveau, ce qui peut conduire à des effets de manque similaires aux autres médicaments. Le lithium peut créer une prédisposition bien plus importante aux états maniaques pendant le sevrage, et le sevrage brusque des médicaments anticonvulsifs ou antiépileptiques peuvent déclencher des crises convulsives. Soyez particulièrement prudent en réduisant ces médicaments.

Tous ces effets peuvent subsister pendant quelques jours ou semaines, il est donc important d’être aussi patient que possible. La désintoxication et l’ajustement émotionnel peuvent prendre des mois, même un an voire plus, le temps d’apprendre à traiter les émotions et les expériences qui avaient été supprimées par les médicaments et le temps que le cerveau et le corps récupèrent. Pour beaucoup de gens le moment le plus difficile arrive lorsqu’ils ne sont plus sous médicaments et qu'ils sont aux prises avec leurs émotions et leurs expériences, y compris celle de guérison et désintoxication à long terme.


Le syndrome malin des neuroleptiques est une maladie très grave qui peut être développée en tant qu’effet indésirable et parfois pendant le sevrage. Il peut être mortel et implique des altérations de la conscience, des mouvements anormaux et de la fièvre. Si vous avez pris des neuroleptiques antipsychotiques et que vous développez un de ces symptômes, il est important d’interrompre la prise de médicament et de consulter un médecin.
La psychose tardive est une maladie qui se manifeste par une extrême agitation, des vomissements, des contractions musculaires, et des symptômes psychotiques qui persistent une fois sevré(e) des neuroleptiques antipsychotiques. En général, ces symptômes diminuent quand la dose est de nouveau augmentée. Une fois que vous vous sentez mieux, reprenez une diminution plus progressive.

Différencier les symptômes du sevrage et les émotions qui resurgissent


Les symptômes qui sont douloureux lorsque l’on décroche des médicaments ne font pas tous partie du sevrage : vous pourriez vivre un retour d’émotions difficiles ou d’états extrêmes que le médicament avait aidé à supprimer.
Les symptômes du sevrage ont tendance à commencer peu après une réduction du dosage, et ils diminuent au fur et à mesure que le cerveau s’adapte : il suffira peut-être de prendre son mal en patience. Les émotions qui font retour peuvent être plus longues à calmer, et un engagement actif pour les comprendre et faire avec elles sera sans doute nécessaire. Il n’existe pas de moyens infaillibles pour les distinguer, en particulier compte tenu du rôle des effets d’attente et de placebo. Si les symptômes sont insupportables ou trop perturbants, c’est peut-être que vous allez trop vite. Envisagez d’augmenter le dosage et d’essayer à nouveau plus lentement.Si les symptômes de sevrage restent intolérables, vous pouvez prendre la décision de rester sous médicaments plus longtemps. Votre cerveau pourrait avoir développé une dépendance, et plus vous avez pris des médicaments depuis longtemps plus le risque de dépendance augmente. La dépendance à long terme est plus courante avec le Deroxat, les benzodiazépines, et les neuroleptiques (antipsychotiques). Restez au même dosage pendant un moment, et concentrez-vous sur l’objectif plus large d’améliorer votre vie.

Lire la suite
Sommaire

I. Introduction

II. Réduction des effets nocifs

III. Nous sommes tous différents

IV. Regard critique sur les 'troubles mentaux' et la psychiatrie

V. Sevrage - introduction

VI. Psychotropes et cerveau

VII. Risques des psychotropes pour la santé

VIII. Effets du sevrage

IX. Avant de commencer un sevrage

X. Stratégies alternatives

XI. Etape par étape

XII. Considérations spéciales

XII. Perspectives

Annexes : Bibliographie et remerciements

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat

Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit