Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Aggravation à long terme des dépressions suite à l'utilisation d'antidépresseurs

Par Neptune 

le 04/10/2018 

0 lectures


Aggravation à long terme des dépressions suite à l'utilisation d'antidépresseurs


Une nouvelle étude démontre que l'utilisation d'antidépresseurs est néfaste à long terme, à commencer par les symptômes dépressifs eux-mêmes.

Texte original : Antidepressant Use Leads to Worse Long Term Outcomes, Study Finds, Peter Simons, Avril 2018.
Traduction : Neptune.


Introduction


Une nouvelle étude de Michael P. Hengartner, Jules Angst et Wulf Rossler (1) a démontré que les personnes ayant pris des antidépresseurs étaient plus susceptibles de présenter des symptômes dépressifs aggravés 30 ans plus tard. Ce, indépendamment de la gravité de la dépression initiale et de quantité d'autres facteurs potentiellement perturbants.

Les auteurs, de l'Université des Sciences Appliquées de Zurich et de l'Université de Zurich, ont publié leurs résultats dans la revue "Psychothérapy and Psychosomatics". L'étude a suivi 591 adultes suisses depuis l'âge de 20/21 ans jusqu'à l'âge de 49/50 ans. L'utilisation d'antidépresseurs lors de cette période est associée à des symptômes dépressifs plus importants au terme de cette période – y compris en prenant en compte les symptômes initiaux et d'autres facteurs.

"Ces résultats sont cohérents avec un corpus grandissant de résultats issus de plusieurs études observationnelles, qui suggèrent que l'utilisation (à long terme) d'antidépresseurs peut produire un mauvais résultat à long terme sur les personnes dépressives" écrit Hengartner.

Ce que l'on savait avant cette étude


Les preuves que les antidépresseurs aggravent les résultats à long terme viennent essentiellement des études basées sur les résultats dans la population générale (ndt : real-world outcomes). Par exemple, une étude sur un an dans un échantillon de la population générale (2) montra que seulement 5% bénéficiaient d'une "rémission durable", ce qui est très inférieur au taux de rémission que l'on trouve habituellement dans les études sur les patients dépressifs non traités.
De même, dans la grande étude STAR*D, seulement 108 (3%) des 4041 patients participant à l'étude s'étaient remis et continuaient d'aller bien pendant la période de suivi d'un an (3). Tous les autres ne s'étaient pas rétablis ou abandonnèrent l'étude.  
Une autre étude publiée l'an dernier et portant sur des patients en population générale (4) montra que l'usage des antidépresseurs était associé à de mauvais résultats après 9 ans.

L'hypothèse explicative principale des raisons pour lesquelles les antidépresseurs pourraient aggraver la dépression est la sensibilisation des récepteurs : le principe est que l'utilisation prolongée modifie la manière dont agissent les neurorécepteurs, rendant la médication inefficace, et rendant aussi les personnes plus susceptibles de connaître une dépression aggravée (5) (6).

Revenir au début

Ce qu'apporte cette étude


Cette nouvelle contribution à la littérature montre les résultats de 591 adultes pris au hasard dans la communauté. Les participants furent évalués par des psychiatres et psychologues formés au préalable à un entretien semi structuré. L'évaluation commença en 1979 (évaluation de l'état initial) alors que les participants avaient tous 20 à 21 ans. Les évaluations furent faites à nouveau en 1981, 1986, 1988, 1993, 1999 et finalement en 2008, les participants ayant alors 49 à 50 ans.

A chaque évaluation, la mesure principale était la sévérité des symptômes dépressifs au cours de l'année écoulée. De plus, les participants indiquaient si on leur avait prescrit des antidépresseurs au cours de l'année écoulée.

Dans le but de créer un modèle prédictif, les auteurs cherchèrent si le fait de s'être fait prescrire des antidépresseurs lors d'une évaluation (par exemple, 1988) augmentait l'apparition de symptômes dépressifs plus sévères lors de l'évaluation suivante (dans cet exemple, 1993). Les auteurs divisèrent les participants en plusieurs groupes :
    0. aucun symptôme dépressif
    1. quelques symptômes dépressifs ne persistant pas plus de deux semaines
    2. dépression "sub-syndromique", c'est-à-dire en dessous des critères diagnostiques
    3. dépression majeure caractérisée par les critères du Manuel Diagnostique et Statistique (DSM).  

En moyenne, 6% de ceux ayant quelques symptômes avaient pris des antidépresseurs avant l'évaluation, 7% de ceux ayant des symptômes subsyndromiques avaient pris des antidépresseurs, et 22% de ceux ayant une dépression majeure prenaient des antidépresseurs.

Après avoir pondéré de nombreux facteurs dont le sexe, le niveau d'éducation, le statut marital, la présence de trouble affectif au départ, la suicidalité au départ, l'histoire familiale de dépression, la détresse subjective, l'enfance difficile, les faibles revenus des parents, les chercheurs ont établi que les antidépresseurs étaient à eux seuls associés à un risque indépendant des autres facteurs, de 81 % d'augmentation de la sévérité de la dépression. Par exemple, cela signifie que les personnes qui avaient une dépression "subsyndromique" et prenaient un antidépresseur étaient pour 81% d'entre elles plus susceptibles de la voir évoluer en trouble dépressif majeur que ceux qui avaient une dépression "subsyndromique" mais ne prenaient pas d'antidépresseur (tableau 1).

Tableau 1
Relation prospective entre antidépresseur et sévérité consécutive de la dépression suivant 7 vagues d'évaluation entre l'âge de 20/21 et de 49/50. L'odd-ratio (OR) se réfère à une élévation d'un point au moins dans la sévérité, notée 0) sans symptômes 1) avec symptômes 2) dépression sub syndromique 3) dépression majeure.


Dans le modèle 1 nous relevons l'association non ajustée des deux variables (antidépresseur / sévérité consécutive). Dans le modèle 2 nous ajustons suivant les facteurs socio-démographiques. Dans le modèle 3 nous ajustons de plus suivant les variables de dépression sévère au départ et d'histoire familiale de dépression. Pour éviter d'autres possibles confusions  par indication, dans le modèle 4 nous ajustons de plus suivant les variables de trouble affectif au départ et de suicidalité sévère au départ. L'ajout de co-variables, comme la détresse subjective, l'enfance difficile ou les bas revenus parentaux, n'a pas modifié l'effet prospectif de l'utilisation d'antidépresseur sur la sévérité subséquente de la dépression (2)

Limites


Du fait que les chercheurs de cette étude ne pouvaient pas répartir au hasard les personnes avec ou sans antidépresseur, les conclusions de causalité sont limitées. Il y a toujours la possibilité que quelque autre facteur puisse être responsable des effets négatifs à long terme trouvés par les chercheurs. Par exemple des traits partagés par les personnes qui demandaient la médication pouvant conduire à de mauvais résultats (ndlr : effet "nocebo"). Toutefois, lorsque les chercheurs contrôlaient les facteurs de risque habituels, comme le niveau de sévérité de la dépression, la détresse subjective, les symptômes au départ, les caractéristiques démographiques (sexe, niveau d'éducation etc.) et même l'enfance difficile, ils trouvaient encore que l'usage des antidépresseurs était associé à un résultat aggravé à long terme.

Revenir au début


Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Chat
Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit