Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Open Dialogue en Italie et en Suisse

Par Neptune 

le 13/12/2017 

0 lectures

Open Dialogue en Italie et en Suisse


Merci à Raffaela Pocobello pour les documents qui nous ont permis d'écrire ce résumé de la mise en oeuvre d'Open Dialogue en Italie. Cette partie de l'article a été réalisée avec la contribution du Ministère Italien de la Santé, programme CCM-2014.

En Suisse, ça démarre doucement et via des initiatives locales. "Il n'y a pas le feu au lac" pourraient ironiser les français, prompts à la critique tout en étant derniers de la classe. Car manifestement l'article "Open Dialogue en France" n'est pas prêt de paraître, faute d'intérêt de la part de notre psychiatrie ultra conservatrice, de notre système médico-social contaminé par la psychanalyse, et dans lequel les rares véritables psychologues jouent les troisièmes rôles.
Open Dialogue en Italie
Vue de Caltagirone, Sicile, Italie

Open Dialogue : le programme en Italie




Par Raffaella Pocobello,
de l’Institut des Sciences et Technologies Cognitives du Conseil National de la Recherche (1) à Rome,
Évaluateur du programme Open Dialogue en Italie
Communication à la 4eme conférence internationale sur les pratiques dialogiques,
Octobre 2017, Turin.


Open Dialogue (2)(3) est une approche humaniste et orientée sur les ressources dans le traitement des problèmes de santé mentale. Elle implique les patients et les membres principaux de leurs réseaux sociaux et familiaux.

L’évaluation des résultats a montré l’efficacité de cette approche en Laponie Occidentale, Finlande, où elle a été développée (4), mais de nouvelles études sont nécessaires pour déterminer la possibilité de transférer cette approche dans d’autres contextes.

Open Dialogue en Italie
En 2015, le Ministère de la Santé d’Italie a décidé de financer un projet national, toujours en cours, pour évaluer la possibilité de transposer Open Dialogue dans 8 départements de santé mentale d’Italie situés dans différentes régions et sites : Torino, Savona, Trieste, Roma, Modena, Catania (Turin, Savone, Trieste, Rome, Modene, Catane). Le Conseil National de la Recherche (Consiglo Nazionale delle Ricerche) est partie prenante de l’évaluation.

La présente contribution vise à présenter les différentes étapes du programme de recherche Open Dialogue en Italie.

Au départ, une évaluation préliminaire de la transférabilité du point de vue des directeurs des départements de santé mentale impliqués, a été réalisée. Les résultats ont été mis en commun et discutés lors d’un atelier international en juillet 2015, auquel participaient les représentants des autres projets Open dialogue dans différents pays.

Entre juin 2015 et octobre 2016, le programme a été consacré à la formation Open Dialogue de 80 professionnels de santé mentale et à la supervision de cette formation. Lors de cette étape, la recherche s’est concentrée sur l’évaluation :
    a. de la formation,
    b. de l’application de la formation sur le lieu de travail avec un contexte d’approches mixtes,
    c. de l’adhésion de la pratique clinique à l’approche Open Dialogue.

Les résultats ont été communiqués à tous les départements engagés et ont été discutés avec eux.

En février 2017, une étude pilote a été élaborée pour poursuivre l’évaluation de la transférabilité d’Open Dialogue dans le contexte italien, et pour tester la faisabilité des mesures de résultats. Le protocole de recherche de l’étude pilote a été soumis à l’approbation des comités éthiques locaux. Tous les nouveaux patients (d’âge compris entre 16-18 et 64 ans) sont pris en charge par un service spécifique de chacun des départements au cours du premier mois de l’étude. Celle-ci étudiera les processus et les résultats sur une période de 12 mois. Les symptômes, le fonctionnement et la dimension relationnelle sociale seront évalués au début de la thérapie Open Dialogue, à 6 mois et à 12 mois, en utilisant les versions italiennes des échelles SCL-90-R (5), CORE-OM (6), GAF (7), NLS-6.

Après chaque session Open Dialogue, l’information sur le contexte, les réunions, les participants, l’utilisation de services et de thérapies est collectée par les professionnels au moyen d’un journal, tandis que la satisfaction des clients est recueillie en utilisant les questionnaires SRS et ORS ( 8 ) .
La fidélité aux éléments-clé d’Open Dialogue (Olson, Seikkula, Ziedonis, 2014) est évaluée par deux personnes indépendantes qui analysent périodiquement les enregistrements vidéo des sessions Open Dialogue.

Bien que la date de fin du projet donnée par le Ministère de la Santé soit octobre 2017, les parties prenantes sont déterminées à poursuivre l’implémentation et le processus d’évaluation d’Open Dialogue, et ce projet est maintenant considéré comme le projet national Open Dialogue.

Revenir au sommaire

Open Dialogue en Suisse




En Suisse, ce sont principalement des initiatives locales qui expérimentent l’approche Open Dialogue, ou des approches qui s’en inspirent (9).

Open Dialogue en Suisse
À Interlaken, l’équipe de Jens Stellbrink-Beckmann s’inspire de cette approche depuis maintenant deux ans. « Nous ne pouvons pas encore offrir à nos patients l’application de l’open dialogue à 100%. À ce stade, ils bénéficient de techniques issues de la méthode lorsqu’ils viennent à la Clinique de jour. Elles font maintenant partie de notre quotidien clinique. Seuls quelques-uns ont un suivi à domicile. Nous travaillons à sa mise en place systématique, mais le chemin est encore long », souligne-t-il.

Une trentaine de soignants ont été formés en 2015 et une nouvelle volée l’a été en 2016.

À Lausanne, par exemple, le professeur Charles Bonsack, responsable de la Section de psychiatrie sociale du Service de psychiatrie communautaire au DPCHUV, évoque une expérience proche de l’open dialogue. « Depuis quelques années, nous avons développé des
équipes mobiles et un modèle de traitement et d’intervention précoce dans la psychose (TIPP). Ce modèle comprend notamment l’intervention immédiate dans la communauté, le partenariat avec les proches, la flexibilité face aux besoins, la responsabilité du suivi par un case manager, une continuité du suivi pendant trois ans et un principe de médication minimale.
»

Revenir au sommaire

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Chat
Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit