Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Trouble anxieux induit par une substance - Définition DSM-IV

Par Neptune 

le 01/09/2013 

0 lectures

Trouble anxieux induit par une substance



Texte intégral, réagencé.

Caractéristiques diagnostiques




Les caractéristiques essentielles d'un trouble anxieux induit par une substance sont :

Critères A et B


Critère C


    La perturbation ne doit pas être mieux expliquée par un trouble mental (ex. : un autre trouble anxieux) qui n'est pas induit par une substance.

Critère D


    On ne fait pas le diagnostic si les symptômes anxieux surviennent uniquement au cours de l'évolution d'un delirium.

Critère E


    Les symptômes doivent entraîner une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants.

Ce diagnostic doit être fait plutôt que celui d'intoxication ou de sevrage uniquement lorsque les symptômes anxieux sont excessifs par rapport à ceux habituellement associés à l'intoxication ou au syndrome de sevrage, et lorsque les symptômes anxieux sont suffisamment sévères pour justifier par eux-mêmes un examen clinique.

Pour une discussion plus détaillée, voir aussi "troubles lié à une substance".

Un trouble anxieux induit par une substance se distingue d'un trouble anxieux primaire lorsque sont pris en compte le début, l'évolution et d'autres facteurs. Pour les substances donnant lieu à abus, il doit exister des éléments dans les antécédents, l'examen physique ou les résultats des examens complémentaires en faveur d'une dépendance, d'un abus, d'une intoxication ou d'un sevrage.

Les troubles anxieux induits par une substance surviennent uniquement en association avec les états d'intoxication ou de sevrage alors que les troubles anxieux primaires peuvent précéder le début de l'utilisation d'une substance ou survenir lors de périodes d'abstinence prolongée. Dans la mesure où l'état de sevrage de certaines substances (ex. : certaines benzodiazépines) peut être relativement prolongé, le début des symptômes anxieux peut survenir jusqu'à quatre semaines après l'arrêt de l'utilisation d'une substance, mais il est généralement plus précoce.

Une autre considération est la présence de caractéristiques atypiques pour un trouble anxieux primaire (ex. : âge de début ou évolution atypique).

Par exemple, le début du trouble panique après l'âge de 45 ans (ce qui est rare) ou la présence de symptômes atypiques durant une attaque de panique (ex. : un vertige vrai ; une perte de l'équilibre, de la conscience ou du contrôle urinaire ou sphinctérien ; des céphalées ; des mots mal articulés ou une amnésie) peuvent suggérer une étiologie induite par une substance.

A l'inverse, des éléments suggérant que les symptômes anxieux sont mieux expliqués par un trouble anxieux primaire comportent :

  • la persistance de symptômes anxieux durant une période substantielle de temps (c.-à-d. un mois ou plus) après la fin de l'intoxication ou du sevrage aigu de la substance ;
  • le développement de symptômes qui sont notablement en excès par rapport à ceux qui seraient attendus compte tenu du type ou de la quantité de substance utilisée ou de la durée de son utilisation ;
  • ou un antécédent de trouble anxieux primaire antérieur récurrent.

Revenir au sommaire

Spécifications




Les spécifications suivantes peuvent être utilisées pour la symptomatologie qui prédomine :

  • Avec anxiété généralisée.
    Cette spécification peut être utilisée si l'anxiété ou les soucis excessifs concernant un certain nombre d'événements ou d'activités sont au premier plan du tableau clinique.

  • Avec attaques de panique.
    Cette spécification peut être utilisée si les attaques de panique sont au premier plan du tableau clinique.

  • Avec symptômes obsessionnels-compulsifs.
    Cette spécification peut être utilisée si les obsessions ou les compulsions sont au premier plan du tableau clinique.

  • Avec symptômes phobiques.
    Cette spécification peut être utilisée si les symptômes phobiques sont au premier plan du tableau clinique.

Le contexte dans lequel se développent les symptômes anxieux peut être indiqué en utilisant l'une des spécifications suivantes :

  • Avec début pendant l'intoxication.
    Cette spécification doit être utilisée si les critères pour l'intoxication par une substance sont remplis et si les symptômes se développent au cours du syndrome d'intoxication.
  • Avec début pendant le sevrage.
    Cette spécification doit être utilisée si les critères du sevrage à une substance sont remplis et si les symptômes se développent durant ou peu après un syndrome de sevrage.

Revenir au sommaire

Procédures d'enregistrement




    Le nom du diagnostic du trouble anxieux induit par une substance comporte celui de la substance spécifique (ex. : alcool, méthylphénydate, thyroxine) qui est supposée être la cause des symptômes anxieux.

    Le code diagnostique est sélectionné dans une liste de classes de substances fournies avec l'ensemble des critères. Pour les substances qui ne rentrent dans aucune des classes (p. ex., thyroxine) le code « Autre substance » doit être utilisé. De plus, pour les médicaments prescrits à doses thérapeutiques, le médicament spécifique peut être répertorié par le code E de l'Axe I (voir Annexe G).

    Le nom du trouble (ex. : trouble anxieux induit par la caféine) est suivi par la spécification de la symptomatologie prédominante et du contexte clans lequel les symptômes se sont développés (ex. : F15.8 1292.891 Trouble anxieux induit par la caféine, avec attaques de panique, avec début durant l'intoxication).

    Lorsque plus d'une substance est estimée avoir joué un rôle significatif dans le développement des symptômes anxieux, chacune doit être notée séparément (ex. : F14.8 [292.89] Trouble anxieux induit par la cocaïne, avec anxiété généralisée, avec début pendant l'intoxication ; F10.8 [291.8] Trouble anxieux induit par l'alcool, avec anxiété généralisée, avec début pendant le sevrage).

    Si une substance est jugée être le facteur étiologique mais que la substance spécifique ou la classe de substances est inconnue, on doit utiliser la catégorie F19.8 [292.89] Trouble anxieux induit par une substance inconnue.

Revenir au sommaire

Substances spécifiques




Des troubles anxieux peuvent survenir en association avec une intoxication par une substance appartenant aux classes de substances suivantes :

  • alcool ;
  • amphétamines et substances amphétaminiques ;
  • caféine ;
  • cannabis ;
  • cocaïne ;
  • hallucinogènes ;
  • solvants volatils ;
  • phencyclidine et substances similaires,
  • autres substances ou substances inconnues.

Des troubles anxieux peuvent survenir en association avec le sevrage à une substance appartenant aux classes de substances suivantes :
Les médicaments qui ont été rapportés comme pouvant provoquer des symptômes anxieux comprennent :

  • les anesthésiques et les antalgiques,
  • les sympathomimétiques ou autres bronchodilatateurs,
  • les anticholinergiques,
  • l'insuline,
  • les préparations thyroïdiennes,
  • les contraceptifs oraux,
  • les anti-histaminergiques,
  • les médicaments antiparkinsoniens ,
  • les corticostéroïdes,
  • les médicaments antihypertenseurs et cardiovasculaires,
  • les anticonvulsivants,
  • le carbonate de lithium,
  • les médicaments antipsychotiques,
  • les antidépresseurs.

Les métaux lourds et les toxiques (ex. : substances volatiles comme l'essence et la peinture, les insecticides organophosphorés , les gaz nerveux, l'oxyde de carbone, le dioxyde de carbone) peuvent également causer des symptômes anxieux.
Revenir au sommaire

Diagnostic différentiel




    Des symptômes anxieux surviennent habituellement lors de l'intoxication par une substance et le sevrage à une substance.

    Le diagnostic d'intoxication liée à une substance spécifique ou de sevrage d'une substance spécifique suffit habituellement à classer la présentation symptomatique.

    On doit faire un diagnostic de trouble anxieux induit par une substance plutôt qu'un diagnostic d'intoxication par une substance ou de sevrage à une substance uniquement lorsque les symptômes anxieux sont jugés être en excès par rapport à ceux habituellement associés à une intoxication ou à un syndrome de sevrage et lorsque les symptômes anxieux sont suffisamment sévères pour justifier pour eux-mêmes un examen clinique.

    Par exemple, les symptômes anxieux sont une manifestation caractéristique du sevrage à l'alcool. Un trouble anxieux induit par l'alcool doit être diagnostiqué plutôt qu'un sevrage à l'alcool uniquement si les symptômes anxieux sont plus sévères que ceux habituellement rencontrés dans le sevrage à l'alcool et sont suffisamment sévères pour être considérés à part sur le plan clinique et thérapeutique.

    Si des symptômes anxieux induits par une substance surviennent exclusivement au cours d'un delirium, les symptômes anxieux sont considérés comme étant une manifestation associée du delirium et ne sont pas diagnostiqués séparément.

    Dans les tableaux cliniques induits par une substance qui comportent de nombreux symptômes de types différents (ex. : thymiques, psychotiques et anxieux), le type spécifique de trouble induit par une substance qui doit être diagnostiqué dépend du type de symptôme au premier plan du tableau clinique.

    Un trouble anxieux induit par une substance se distingue d'un trouble anxieux primaire par le fait qu'une substance est jugée être étiologiquement liée aux symptômes.

    Un trouble anxieux induit par une substance prescrite pour le traitement d'un trouble mental ou d'une affection médicale générale doit débuter alors que la personne reçoit le médicament (ou au cours du sevrage, si un syndrome de sevrage est associé avec le médicament). Lorsque le traitement est interrompu, les symptômes anxieux disparaissent habituellement en quelques jours à quelques semaines (en fonction de la demi-vie de la substance et de la présence d'un syndrome de sevrage). Si les symptômes persistent au-delà de quatre semaines, d'autres facteurs à l'origine de symptômes anxieux doivent être envisagés.

    Dans la mesure où les sujets ayant des affections médicales générales prennent souvent des médicaments pour ces affections, le clinicien doit envisager la possibilité selon laquelle les symptômes anxieux sont causés par les conséquences physiologiques de l'affection médicale générale plutôt que par le médicament, auquel cas c'est le diagnostic de trouble anxieux dû à une affection médicale générale qui est fait.
    Les antécédents fournissent souvent des arguments permettant de trancher dans ces cas. On doit parfois changer le traitement de l'affection médicale générale (ex. : par substitution ou arrêt du médicament) pour déterminer de manière empirique si le médicament était l'agent causal ou non.

    Si le clinicien a déterminé que la perturbation est due à la fois à une affection médicale générale et à l'utilisation d'une substance, les deux diagnostics (c.-à-d. trouble anxieux dû à une affection médicale générale et trouble anxieux induit par une substance) doivent être faits.

    Quand il existe des éléments insuffisants pour déterminer si les symptômes anxieux sont dus à une substance (y compris un médicament) ou à une affection médicale générale ou s'ils sont primaires (c.-à-d. non dus à une substance ou à une affection médicale générale), on doit faire un diagnostic de trouble anxieux non spécifié.

Revenir au sommaire

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Chat