Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Accueil

Qui sommes-nous ?

Documentation

Troubles et handicaps

Psychiatres et Hôpitaux

Psychothérapies

Psychotropes

Lexique

Nos propositions

Lois et procédures

Abolir la contention par attachement en psychiatrie

Idées reçues

Forums

Trajectoires

Entraide

Le Bar des amis

Médocs 2017

Dans ma région...

Débats

Salle de Rédaction

Recherche

Nos lectures

Zenith

Sport

Artémis et culture

Amour

Nos compagnons poilus

Derniers sujets

Mes sujets

Sujets sans réponse

Outils

Profil

Membres

Groupes

Trucs et astuces

Plus...

Espace animateurs

SOS

Rechercher...

Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche
Foumoilapaix, kiki64

Manque (état de)

Par Neptune 
le 16/10/2013

Manque (état de)

Etymologie
Docteur clic   
Point de départ

L'état de manque est un terme employé pour décrire un ensemble de signes qui témoignent du manque que ressent un toxicomane lorsqu'il est en sevrage d'héroïne. Cet état très marqué chez les héroïnomanes existe pour d'autres drogues comme le tabac ou l'alcool.
Les signes

  • Malaise physique avec sueurs
  • Courbatures très importantes des bras et des jambes,
  • Douleurs abdominales
  • Nausées
  • Insomnie
  • Agitation
  • Anxiété importante
  • Tremblements
  • Irritabilité, angoisse très marquée

Les signes spécifiques à chaque drogue

Pour l'alcool, ce sont les signes de pré-délirium, avec en particulier hallucinations parfois terrifiantes
Pour le tabac, c'est une nervosité importante et une compulsion à manger.
Pour l'héroïne ou la cocaïne, les signes sont surtout physiques avec des douleurs violentes et psychiques (angoisse, insomnie).

L'attitude à tenir

Pour le toxicomane, l'attitude, c'est justement...tenir, c'est à dire résister à la tentation de reprendre de la drogue qui soulagera immédiatement tous les signes de sevrage.
Pour l'entourage, la tâche n'est pas aisée : soutenir sans culpabiliser, être présent sans être étouffant, aider sans conseiller outre mesure. C'est là que l'appel au médecin est essentielle et permet de résoudre la plupart du temps ce passage difficile.

Attitude du médecin

Le rôle de médecin sera de prendre la mesure de l'intoxication qui est souvent minorée par la personne, de ne pas se laisser manipuler par elle, et d'apporter son aide par une double approche , pharmacologique et psychologique.
Le médecin dispose de médicaments antalgiques, d'anxiolytiques , et de somnifères. Ces médicaments sont le plus souvent injectés par le médecin, avec un relais par des médicaments à prendre en comprimés.
A cela est associé un soutien psychologique, soit par le médecin lui-même, soit par un psychiatre ou un psychothérapeute.

Les suites

Elles dépendent de l'implication des divers acteurs : le toxicomane bien sûr, mais aussi le médecin, les soignants et l'entourage.

  • Soit la personne ne résiste pas à cet état de manque, et elle risque de craquer en reprenant de la drogue.
  • Soit elle parvient à surmonter cette phase difficile qui dure généralement quelques jours.
A partir de là, le problème se posera au delà du sevrage, de la prise en charge de cette toxicomanie
AnglaisCraving
ne pas confondre avec Withdrawal symptoms  (symptômes de sevrage)

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat

Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit