Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum
Comment j'arrive à tenirle 20/9/2013, 21:17

Fleur

avatar
Bonsoir,

J'ai commencé jeune à avoir envie de ne plus vivre pour ne plus souffrir .

Au fil des années j'ai appris à sentir la menace arriver.
Au début de cet apprentissage (lutter contre des envies suicidaires) mes appels au secours arrivaient après la mise en situation dangereuse ...

Puis progressivement avec l'aide de professionnels avec qui le feeling passaient bien, j'ai mis en place des "gardes fous" pour me protéger de moi-même.

1- Si je jugeais mon mal être gérable je cherchais à me distraire ou tout du moins à me concentrer sur autre chose, un livre ou la télé ...

2- Si je sentais que cela ne suffisait pas je téléphonais à une personne que j'appréciais sans lui dire mon état psychique.

3- Puis une personne de confiance, par exemple une personne de ma famille, mais toujours sans dire mes problèmes pour ne pas l'effrayer.

4- Si mon état ne s'améliorait  pas en journée j'appelais le centre médical psychologique qui me connaissait.

5- La nuit pendant un temps j'avais l'autorisation d'appeler directement l'hôpital qui me connaissait aussi. La plupart du temps cela me permettait de tenir jusqu'au prochain rendez-vous ...

6- Mais avant d'en arriver au point 5 j'ai du plusieurs fois appeler un médecin en urgence en ayant commencer à me mettre en danger.

7-J'ai du appeler aussi le 15 quand j'étais déjà en grand danger,
comme si une autre personne que moi téléphonait avant de m'évanouir ...
Je suppose que cela s'appelle un instinct de survie !


cerise



Dernière édition par cerise le 2/12/2013, 13:23, édité 1 fois

Re: Comment j'arrive à tenirle 7/11/2013, 18:48

Invité

Je suis vraiment trés émue en te lisant Cerise .
Je t'assure de tout mon soutien et ma sympathie .

L.

Re: Comment j'arrive à tenirle 9/11/2013, 11:47

Fleur

avatar
merci à toi Smile 

maintenant je peux dire que j'ai dépassé ce stade

et que j'ai trouvé la force de chercher de l'aide bien avant d'en arrivé à des situations dangereuses ...

Re: Comment j'arrive à tenirle 21/4/2016, 05:32

monica_43

Un grand Bravo Cerise,
as tu identifié tous les traumatismes qui t'ont amené a souffrir a ce point ? Continues a te battre, c'est très émouvant ce que tu partages.Je suis un peu comme toi,tu n'es pas seule...Il faut y croire,on peut surmonter cela,mais cela prend parfois des années.Moi aussi, ça va mieux,mais attention,protèges toi...
M

Re: Comment j'arrive à tenirle 21/4/2016, 09:09

Neptune

avatar
Merci, et bienvenue monica_43 !

J'invite tous les inscrits à lire la présentation de monica_43, parcours et "leçon de vie" édifiante !

A bientôt si tu le souhaites, sur nos forums internes

Neptune

Comment j'arrive à tenir le 21/4/2016, 11:10

dnrt

avatar
Cerise a écrit:Bonsoir,
J'ai commencé jeune à avoir envie de ne plus vivre pour ne plus souffrir .
cerise

Bonjour Cerise

Je crois qu'ici beaucoup se reconnaîtront dans votre description point par point !

1 - Le mal-être dont l'origine est floue prend souvent sa source dès l'enfance, d'où difficulté de se rappeler, de l'identifier, de le comprendre... Durant des années de "recherche", questionnements et errance. Ou plutôt souffrance !
Trouver une "parade" pour aller mieux, une autre préoccupation pour échapper aux mauvaises pensées.
Celles-ci sont obsédantes et reviennent sans arrêt. Pénible.

2 - Comme un appel "au secours", ou une fenêtre sur autre chose de la vie que ce perpétuel mal-être qui inexorablement revient...

3 - Difficile de chercher une écoute, un appui, un soutien, une autre personne, sans alerter ou effrayer !
On a si mal qu'on a envie "de le crier" pour faire sortir de soi, ce mal qui nous ronge...

4 - A force, c'est à l'extérieur qu'on trouve les soutiens après avoir "épuisé" les ressources parmi les proches, la famille, les amis, les collègues parfois...
Le soutien pour être objectif, efficace, doit être "étranger".

5 - Les numéros et adresses "de secours" sont vitales. A tout moment, cela peut basculer, à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit...
Chacun de nous, malade, doit avoir sur soi ou à portée de main, ces "aides".

6 - C'est bizarre de "se mettre en danger" ainsi pour attirer l'attention ? Crier sa détresse ? Exprimer son mal ? Mais, quels sont les moyens dont nous disposons lorsque les portes sont fermées et que l'on se retrouve si... Isolé ? Médecin traitant ? CMP ? Psy ? Ils ne sont pas toujours disponibles...
C'est ainsi que j'ai fini aux Urgences après un passage au bureau de Police suite à une agression par ruse, et avant d'atterrir à l'hôpital psychiatrique...

7 - Encore plus "bizarre" cette sensation, qu'une "autre personne" comme si nous nous divisions, prend le relais, à défaut de qui que ce soit d'autre !
Il m'est arrivé d'espérer ainsi, assister à mes propres obsèques pour "vérifier" qui venait ? Pour qui représentai-je une quelconque attention... Dans le même esprit ou presque, "en crise", "en errance", il m'est arrivé de faire le tour de France de mes amis, éloignés les uns des autres, pour "vérifier" sur qui pouvais-je compter... Alors au fond du gouffre et ressentant, comme une fin, une issue finale !

C'est déjà "un exploit" que d'avoir encore eu le réflexe d'appeler vous-même le 15 !
Chapeau.

Oui, il y a là, un instinct de survie. Qui nous sauve fort heureusement. L'être a de formidables qualités "surhumaines" pour affronter, et subsister !
Une force que nous connaissons, pourtant insoupçonnée.

Bon courage !

Humainement.

Ambivalence ?!...le 25/4/2016, 15:49

dnrt

avatar
Bonjour,

J'ignore si beaucoup de bipolaires ressentent cela mais, chez moi cette AMBIVALENCE, cette perpétuelle dualité intérieure est pénible !

Être tantôt "joyeux" pour parfois quelque chose de bref, futile, puis peu de temps après "triste, mélancolique", c'est lassant.
Devoir composer avec les 2 facettes en nous-même qui donnent chacune leur point de vue et au final, être incapable de décider...

Apprécier quelqu'un pour telles raisons, et la détester pour d'autres...
Difficile dans ces conditions, d'établir de vraies relations.

Le YIN et le YIANG...
Up and Down
"Jean qui rit, Jean qui pleure"
Usant !

Qu'en pensez-vous ?

Re: Comment j'arrive à tenirle 25/4/2016, 23:46

monica_43

Bonjour,
Oui c'ette dualité permanente est usante.Ce qui est facile,le lendemain ne l'est plus.Celui qu'on adore,nous insupporte pour un détail dans la journée...L'impression d'etre enfermés dans nos émotions qui déforment la réalité...Le pire est d'arriver en vacances (attendues depuis 1 an) et de déprimer car on voit tout en noir...Ces changements d'humeurs que l'on attribue aux hormones, alors que cela n'a rien a voir,enfin je crois. Le moindre changement qui est toujours insupportable,et qui en fait nous procure beaucoup de bonheur,une fois le changement "accepté" et effectué...
Je voulais partager une experience : je prends actuellement de la gabapenthine (pour la douleur, 300 mg par nuit).Et je revis curieusement ! Décontractée le soir, un très bon sommeil,et calme le matin.Je trouve que je vois mieux les choses depuis,je suis sereine et j'arrive mieux a travailler et a me concentrer...Comme si je sortais d'un cours de yoga.
Cela freine la transmission des signaux nerveux."Sans ce transmetteur GABA,les neurones pourraient littéralement s’emballer, transmettre des signaux de plus en plus vite, jusqu'à épuisement du système. Le GABA permet de les maintenir sous contrôle."
En réalité, je me sens moins "a fleur de peau", et moins réactive aux émotions, tout simplement "moins borderline".
Monica

Re: Comment j'arrive à tenirle 26/4/2016, 07:54

Fleur

avatar
Bonjour Monica,

Bienvenue sur ce forum Smile

J'avais une question le médicament que tu prends la nuit contre la douleur c'est en rapport avec la césarienne que tu as eu ?
Sinon as-tu un traitement pour réguler les humeurs ou autre médicaments ?

Re: Comment j'arrive à tenirle 27/4/2016, 04:59

monica_43

Bonjour,
Non heureusement, ce n'est pas en rapport avec la césarienne,meme si ces douleurs là ont perduré au moins 1 an et demi, et une gene notoire depuis.
Non plus, mon psy ne m'a jamais proposé de medicament pour les humeurs en 3 ans, je lui ferais un retour la dessus d'alleurs quand je vais la voir.Elle m'a juste prescrit un AD Deroxat depuis 3 ans.En fait, c'est un rhumatologue qui m'a prescris le neurontin pour des douleurs dues a des ostéophytes qui coincent mes disques cervicaux, mais en parallèle j'ai pu noter un "mieux etre" general, une humeur stable, les émotions ne "prennent plus le dessus".

Re: Comment j'arrive à tenirle 27/4/2016, 10:23

Fleur

avatar
Bonjour monica,

Que penses-tu d'ouvrir un fil pour toi par exemple dans Témoignage ou à un autre endroit ?
Ce serait ton endroit à toi.

Sinon pour te répondre il est possible que ton psy ne trouve pas neccessaire de te donner un régulateur d'humeur.
Tu dis que le "neurotin" t'aide bien.

Sur ce forum tu pourras voir qu'ici certains essayent de se renseigner pour accepter seulement les médicaments qui leur sont profitables. Nous savons que certains médicaments ont beaucoup d'effets secondaires c'est pour cela que nous désirons être bien informés et prendre en charge notre suivi médical.

[Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat

Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit