Neptune - Information, recherche, entraide, action - 'maladies' psy - Forum

Etat de stress aigu - Définition DSM-IV

Par Neptune 
le 31/08/2013

 
Description complète et différentielle des symptômes, selon le DSM-IV.

Synonyme dans le langage courant: "État de choc traumatique".

Texte intégral.


Etat de stress aigu



Caractéristiques diagnostiques





Critère A


    La caractéristique essentielle de l'État de stress aigu est le développement d'une anxiété caractéristique, dissociative, et d'autres symptômes survenant dans le mois suivant l'exposition à un facteur de stress traumatique extrême.
    Pour la discussion des types de facteur de stress concernés, voir la description de l'Etat de stress post-traumatique.

Critère B


    Lors du vécu de l'événement traumatique ou après l'événement, l'individu a eu au moins trois des symptômes dissociatifs suivants :

Critère C


    A la suite du traumatisme, l'événement traumatique est revécu de manière persistante.

Critère D


    Le sujet fait preuve d'un évitement marqué des stimulus qui peuvent entraîner une réactualisation du traumatisme.

Critère E


    Il présente des symptômes marqués d'anxiété ou d'hyperéveil.

Critère F


    Les symptômes doivent entraîner une souffrance cliniquement significative, interférer de manière significative avec le fonctionnement habituel ou altérer la capacité du sujet à poursuivre ses obligations.

Critère G


    La perturbation dure au moins deux jours et ne persiste pas au-delà de quatre semaines après l'événement traumatique ; si les symptômes persistent au-delà de 4 semaines, le diagnostic de l'Etat de stress post-traumatique peut être porté.

Critère H


    Les symptômes ne sont pas dus aux effets physiologiques directs d'une substance (ex. : une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale ; ils ne sont pas mieux expliqués par un Trouble psychotique bref et ne sont pas simplement l'exacerbation d'un trouble mental préexistant.


Le sujet développe des symptômes dissociatifs en réponse à l'événement traumatique. Les sujets ayant un État de stress aigu peuvent avoir une diminution des réponses émotionnelles ; ils éprouvent souvent une difficulté ou une impossibilité à ressentir du plaisir dans des activités antérieurement agréables et se sentent fréquemment coupables de poursuivre les tâches habituelles de la vie.

Ils peuvent ressentir des difficultés de concentration, se sentir détachés de leur corps, vivre le monde comme irréel ou comme clans un rêve, ou avoir des difficultés croissantes à se rappeler des détails spécifiques de l'événement traumatique (amnésie dissociative.). En outre, au moins un symptôme de chacun des groupes de symptômes requis pour l'Etat de stress post-traumatique est présent :
  • Premièrement, l'événement traumatique est revécu de manière persistante (ex. : survenue répétée de souvenirs, d'images, de représentations, de pensées, de rêves, d'illusions, d'épisodes de flash-back, de sentiments de revivre l'événement ou de souffrance lors de l'exposition à ce qui rappelle l'événement).
  • Deuxièmement, les éléments rappelant le traumatisme (ex. : les lieux, les gens, les activités) sont évités.
  • Enfin, il existe un hyperéveil en réponse aux stimulus rappelant le traumatisme (ex. : difficulté à s'endormir, irritabilité, mauvaise concentration, hypervigilance, réaction de sursaut exagérée et agitation motrice).


Revenir au sommaire

Caractéristiques et troubles associés




    Des symptômes de désespoir et le sentiment d'être sans espoir peuvent être ressentis dans l'État de stress aigu et peuvent être suffisamment sévères ou persistants pour remplir les critères d'un Episode dépressif majeur, auquel cas un diagnostic additionnel de Trouble dépressif majeur peut être justifié.

    Si le traumatisme a entraîné le décès ou la blessure grave de quelqu'un, les survivants peuvent se sentir coupables d'être demeurés indemnes ou de ne pas avoir fourni suffisamment d'aide aux autres.
    Les sujets ayant ce trouble s'attribuent souvent une part de responsabilité non justifiée dans les conséquences du traumatisme. Les sujets peuvent négliger leur propre santé ou leur sécurité dans les suites du traumatisme.

    Les sujets ayant ce trouble ont un risque plus élevé de développer un Etat de stress post-traumatique. On a rapporté chez les survivants d'accidents de voitures ou de crimes violents dont la réponse initiale au traumatisme était un État de stress aigu, des taux d'État de stress post-traumatique de 80 % approximativement.

    Ils peuvent présenter des comportements impulsifs et avoir tendance à prendre des risques exagérés après le traumatisme.



Examen physique et affections médicales générales associées




    Le traumatisme peut avoir entraîné des affections médicales générales (ex. : blessure de la tête, brûlures).


Revenir au sommaire

Caractéristiques liées à la culture




    Bien que certains événements soient probablement universellement vécus comme traumatiques, la sévérité et les modalités de la réaction peuvent être modulées par des différences culturelles concernant les implications de la perte.

    Il peut aussi y avoir des comportements d'adaptation dictés par - et caractéristiques de - certaines cultures particulières. Par exemple, les symptômes dissociatifs survenant à la suite d'un stress aigu peuvent être au premier plan dans les cultures dans lesquelles de tels comportements sont stigmatisés.

    Pour une plus ample discussion des facteurs culturels liés aux événements traumatiques, voir le chapitre décrivant l'Etat de stress post-traumatique.


Prévalence




    La prévalence de l'État de stress aigu dans une population exposée à un facteur de stress traumatique sévère dépend de la sévérité et de la persistance du traumatisme et du degré d'exposition.

    La prévalence de l'État de stress aigu dans la population générale est inconnue.

    Dans les quelques études disponibles, des taux allant de 14 à 33 % ont été rapportés chez les sujets exposés à un traumatisme sévère (c.-à-d. être dans un accident de voiture, être témoin d'exécutions).


Revenir au sommaire

Evolution




    Les symptômes de l'État de stress aigu sont éprouvés durant ou immédiatement après le traumatisme, persistent au moins deux jours et disparaissent dans les quatre semaines après la fin de l'événement traumatique.

    Quand les symptômes persistent au delà d'un mois, le diagnostic doit être changé. Un diagnostic d'Etat de stress post-traumatique peut être approprié si les critères complets d'un Etat de stress post-traumatique sont remplis.

    La sévérité, la durée et la proximité de l'exposition du sujet à l'événement traumatique sont les facteurs les plus importants pour déterminer la probabilité du développement d'un État de stress aigu.

    Il existe certains éléments montrant que les soutiens sociaux, les antécédents familiaux, les expériences durant l'enfance, les variables de personnalité et les troubles mentaux préexistants peuvent influencer le développement de l'État de stress aigu.

    Ce trouble peut se développer chez des sujets ne présentant aucun facteur prédisposant, surtout si le facteur de stress est particulièrement important.


Revenir au sommaire

Diagnostic différentiel




    La survenue de certains symptômes à la suite d'un facteur de stress extrême est ubiquitaire et souvent ne nécessite pas un diagnostic.

    Un État de stress aigu ne doit être envisagé que si les symptômes persistent au moins deux jours et entraînent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants ou altèrent la capacité du sujet à poursuivre certaines tâches nécessaires (ex. : obtenir l'assistance nécessaire ou mobiliser ses ressources personnelles en discutant de l'expérience traumatique avec des membres de sa famille).

  • Un État de stress aigu doit être distingué d'un Trouble mental dû à une affection médicale générale (ex. : traumatisme cérébral) et d'un Trouble induit par une substance (ex. : lié à une Intoxication par l'alcool), qui peuvent être des conséquences communes de l'exposition à un facteur de stress extrême.

  • Chez certains sujets, des symptômes psychotiques peuvent survenir après un facteur de stress extrême. Dans de tels cas, on fait le diagnostic de Trouble psychotique bref plutôt que celui d'État de stress aigu.

  • Si un Episode dépressif majeur se développe après le traumatisme, un diagnostic de Trouble dépressif majeur doit être envisagé en plus du diagnostic d'État de stress aigu.

  • Un diagnostic distinct d'État de stress aigu ne doit pas être fait si les symptômes se résument à une exacerbation d'un trouble mental préexistant.

  • Par définition, un diagnostic d'État de stress aigu est approprié uniquement pour des symptômes qui surviennent clans le mois succédant à un facteur de stress extrême. Dans la mesure où l'Etat de stress post-traumatique nécessite que les symptômes persistent plus d'un mois, ce diagnostic ne peut être fait au cours du premier mois.

  • Pour les sujets ayant un diagnostic d'État de stress aigu dont les symptômes persistent plus d'un mois, le diagnostic d'Etat de stress post-traumatique doit être envisagé.

  • Pour les sujets qui ont eu un facteur de stress extrême mais qui développent un tableau symptomatique qui ne remplit pas les critères d'un État de stress aigu, un diagnostic de Trouble de l'adaptation doit être envisagé.

  • La Simulation doit être éliminée dans les situations clans lesquelles une rétribution financière, une procédure d'indemnisation ou des déterminants médico-légaux jouent un rôle.

Revenir au sommaire



Troubles anxieux - Neptune
Autres articles sur les troubles anxieux


traumatisme du viol, thérapie et diagnostics - Neptune
Traumatisme du viol, et thérapies spécifiques


Thérapies et psychotropes
Thérapies et psychotropes

Neptune

Information, recherche, action et entraide sur les "maladies" psychiques

Association Loi de 1901

Accueil - Forum Psychiatrie
Chat

Créer un forum | © PunBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit